Suicide d'une salariée de Lidl dans les Côtes-d'Armor : les syndicats ont "lancé des alertes pour éviter un passage à l'acte", mais n'ont "pas pu l'empêcher"

Les syndicats de Lidl regrettent le suicide d'une salariée du magasin de Lamballe dans les Côtes-d'Armor, le 6 septembre dernier et promettent de ne "pas en rester là".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un magasin Lidl à Luttre, en Belgique (illustration). (JEAN-LUC FLEMAL / BELGA MAG / AFP)

Une salariée du Lidl de Lamballe dans les Côtes-d'Armor a mis fin à ses jours le 6 septembre dernier, rapporte lundi 13 septembre France Bleu Armorique, qui précise qu'elle avait écrit une lettre dans laquelle elle dénonçait les conditions de travail au sein de son groupe. "Nous avons lancé des alertes sur le mal-être des salariés pour éviter un passage à l'acte, malheureusement nous n'avons pas pu l'empêcher", ont indiqué à France Bleu Armorique la CGT et la CFE-CGC. "Nous ne devons pas en rester là pour Catherine", ont ajouté les deux syndicats.

Catherine L. responsable du magasin Lidl de Lamballe avait quitté son domicile dans la soirée du 6 septembre pour se donner la mort. Son corps a été découvert le lendemain à Jugon-les-Lacs. Cette mère de deux enfants, âgée de 49 ans, était en arrêt de travail depuis juillet 2020 après une altercation avec un supérieur.

Lidl mis en examen pour un autre suicide

Le suicide de cette mère de famille intervient alors que Lidl vient d'être mis en examen pour homicide involontaire et harcèlement après un autre suicide d'un salarié en 2015, sur son lieu de travail en Provence, dans un contexte de malaise social au sein du groupe en Bretagne.

Catherine L. avait débuté chez Lidl comme caissière en 1994 avant de gravir les échelons. Elle était devenue cheffe de caisse, adjointe, puis responsable de magasin. "Elle était à 200% Lidl", se souvient un de ses collègues. "Une année, elle a même été ambassadrice de la marque au salon de l'Agriculture, une belle reconnaissance".

La direction pointée du doigt par les syndicats

Depuis un an, plusieurs faits de harcèlement et de discrimination syndicale sont rapportés dans la région. La CGT avait lancé la première alerte en juillet 2020, suivie ensuite par la CFE-CGC. En octobre 2020, les salariés du Lidl de Lamballe avaient même cessé le travail pour dénoncer les méthodes de management de la direction.

Une enquête, toujours en cours, a été ouverte en septembre 2020. Elle vise la direction régionale du groupe. Elle a déjà débouché sur une série de placements en garde à vue au sein de l'équipe dirigeante en février et juin 2021. La responsable du magasin de Lamballe faisait partie des plaignantes. Sollicitée via son service de presse, la direction du groupe Lidl a réagi en se disant "profondément attristée". "Nous nous associons à la peine de sa famille et de ses collègues, qu’elle connaissait pour certains depuis plus de 27 ans. Nous adressons également à sa famille et à ses proches nos plus sincères condoléances", a déclaré la direction du groupe de distribution.

Le vendredi 10 septembre, le jour de ses obsèques, le Lidl où travaillait Catherine L. est resté fermé toute la journée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé au travail

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.