Santé : faut-il fermer les cabines de bronzage ?

L'Agence de sécurité sanitaire assure qu'une seule séance avant 35 ans augmente considérablement le risque de cancer et demande l'interdiction des cabines de bronzage artificiel. La décision appartient désormais aux politiques. 

Voir la vidéo
FRANCE 3

Les séances d'UV sont un geste esthétique aux dangers souvent sous-estimés. Le risque est bien sûr le cancer de la peau et les jeunes ne sont par épargnés. 43% des mélanomes qui touchent les moins de 30 ans seraient attribués aux cabines de bronzage. Pour stopper ces pratiques dangereuses, l'Agence nationale de sécurité sanitaire demande l'interdiction des UV artificiels.

Pas de réaction du gouvernement

Du côté des professionnels du bronzage, 4 500 établissements et 11 000 emplois, la menace de fermeture n'est pas du tout appréciée. "Je m'inquiète parce que c'est avant tout un investissement considérable de plusieurs centaines de milliers d'euros", confie la gérante d'un centre de bronzage. Aujourd'hui, la loi française interdit la publicité et l'accès aux mineurs, mais le gouvernement ne s'est pas encore positionné pour ou contre une interdiction des centres de bronzage.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une cabine à UV artificiels à Thionville (illustration).
Une cabine à UV artificiels à Thionville (illustration). (JULIO PELAEZ / MAXPPP)