Appel à témoignages Covid-19 : vous avez caché être contaminé de crainte d'une baisse de revenus ou pour ne pas être stigmatisé ? Racontez-nous

La journée de carence, qui entraîne une perte de rémunération en cas d'arrêt maladie, pousserait certains salariés à continuer de travailler malgré leur contamination au coronavirus.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un salarié de Engie à Paris, le 25 août 2020.  (ELKO HIRSCH / HANS LUCAS / AFP)

Révéler que l'on est positif au Covid-19 n'est pas anodin. A tel point que certains choisissent de ne pas déclarer leur contamination. Notamment pour des raisons financières, afin d'éviter de perdre une partie de leur rémunération. L'Association des DRH des grandes collectivités demande ainsi au gouvernement de "suspendre de nouveau l'application de la journée de carence", comme l'explique Le Parisien, mardi 29 septembre. 

Celle-ci avait été supprimée provisoirement pendant le confinement : les salariés du privé comme les fonctionnaires malades étaient indemnisés dès le premier jour d'arrêt maladie. Depuis le 11 juillet (date de la fin de l'état d'urgence sanitaire), c'est le droit commun qui prévaut de nouveau. 

Vous avez choisi de ne pas déclarer que vous étiez positif au coronavirus pour cette raison ? Ou de peur d'être stigmatisé, d'être mis de côté par vos collègues ? Vous avez décidé de vous taire parce que vous trouvez que les mesures prises en cas de contamination sont disproportionnées, trop contraignantes ? Vous n'avez pas révélé que vous étiez cas contact pour l'un de ces motifs ? 

Si vous vous reconnaissez parmi ces situations, vous pouvez nous en parler dans notre formulaire ci-dessous. N'oubliez pas de nous laisser vos coordonnées, afin que nos journalistes puissent vous rappeler. Vous pourrez bien sûr témoigner de manière anonyme. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.