Appel à témoignages Covid-19 : votre employeur vous impose de venir au bureau alors que vous pourriez être en télétravail ? Racontez-nous votre expérience

La rédaction de franceinfo lance une enquête participative sur le respect de l'obligation du télétravail. Si vous continuez de venir travailler au bureau alors qu'il vous serait possible de le faire depuis chez vous, vous pouvez partager votre expérience avec nous.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Depuis l'entrée en vigueur du nouveau confinement, le télétravail n’est plus une option mais bien une obligation pour les entreprises qui peuvent l'organiser.  (MYRIAM TIRLER / HANS LUCAS)

Le deuxième confinement instauré depuis la fin de semaine passée rime pour beaucoup avec retour au télétravail. Les autorités ont été claires : les entreprises qui le peuvent doivent faire basculer leurs effectifs en télétravail. "Le télétravail n'est pas une option", a insisté la ministre du Travail, Elisabeth Borne, jeudi 29 octobre. La mesure est jugée indispensable pour freiner les contaminations et endiguer la seconde vague de l'épidémie de Covid-19. 

Depuis vendredi et pour la période qui court (pour le moment) jusqu'au 1er décembre, le temps de télétravail a été "porté à 100% pour les salariés qui peuvent effectuer l'ensemble de leurs tâches à distance", selon la dernière version du protocole national sanitaire en entreprise. Mais si cette obligation est exprimée formellement par le gouvernement, en pratique, le flou plane sur les sanctions dont pourraient écoper les entreprises récalcitrantes.

>> Retrouvez dans notre direct les dernières informations sur la pandémie de Covid-19 et le reconfinement

Votre employeur rechigne à vous laisser travailler à la maison cinq jours sur cinq ? Vous vous rendez toujours, à sa demande, dans les locaux de votre entreprise alors que vous pourriez télétravailler ? Vous pouvez écrire à franceinfo en répondant au questionnaire ci-dessous. N'oubliez pas de nous laisser vos coordonnées, afin que nos journalistes puissent éventuellement vous rappeler. Ces dernières resteront bien entendu confidentielles. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.