Retraites : une réforme houleuse et plusieurs visions

Le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye se dit prêt à démissionner, car il s'oppose catégoriquement au recul de l'âge légal de la retraite évoqué par certains ministres. L'analyse en plateau de Nathalie Saint-Cricq.

FRANCE 2

Les syndicats et Jean-Paul Delevoye ont-ils des raisons de s'énerver ? Pour la journaliste Nathalie Saint-Cricq, la réponse est oui. Selon elle, Emmanuel Macron a plutôt snobé les partenaires sociaux depuis le début de son quinquennat. "Il tente à petits pas, discrètement, de mener sa réforme hyper inflammable et voilà que tous les deux jours, un ministre laisse entendre que l'âge légal de la retraite n'est plus un tabou", rapporte l'éditorialiste. Ce double langage au gouvernement risque de faire capoter les négociations.

Les lignes Macron et Philippe

Au sein de l'exécutif, deux lignes se distinguent : celle du candidat Macron et une seconde, incarnée par Édouard Philippe, qui considère qu'il n'y a aucune raison de ne pas évoquer les sujets qui fâchent, qu'il faut peut-être "aller dans le dur". Emmanuel Macron, quant à lui, est tenu par ses engagements de campagne et notamment celui de réformer les retraites sans toucher à l'âge légal. Les Français ont besoin de savoir clairement "où l'on va, pourquoi faire et comment on y va", conclut Nathalie Saint-Cricq. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le chef de l\'Etat, Emmanuel Macron, et le Premier ministre, Edouard Philippe, le 10 décembre 2018 à Paris. 
Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, et le Premier ministre, Edouard Philippe, le 10 décembre 2018 à Paris.  (YOAN VALAT / POOL / AFP)