Cet article date de plus d'un an.

Retraites : les renseignements soulignent le "climat social tendu" avant la présentation de la réforme

Dans une note du 6 janvier, le renseignement territorial anticipe "une large mobilisation des salariés" contre la réforme des retraites présentée mardi 10 janvier.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Manifestation parisienne contre la réforme des retraites en février 2020. (THOMAS SAMSON / AFP)

Le renseignement territorial souligne le "climat social tendu" avant la présentation de la réforme des retraites par la Première ministre Elisabeth Borne mardi 10 janvier, dans une note datée du 6 qui recense les préoccupations des Français et que France Inter a pu consulter. "Une large mobilisation des salariés" est possible, selon eux, avec des "grèves de longue durée entravant certains secteurs clef de l'économie".

Sans préjuger de l'ampleur de la mobilisation, la note estime tout de même que "la rentrée sociale 2023 s'annonce très tendue" car cette réforme est dévoilée dans un contexte social déjà chargé : les Français sont échaudés par la baisse de leur pouvoir d'achat en raison de l'inflation et de la hausse du prix du carburant, la période des négociations annuelles obligatoires (NAO) sur les salaires commence dans les entreprises et risque de provoquer des "mécontentements", et la hausse du point d'indice dans le secteur public en juillet dernier a été jugée insuffisante.

La crainte de mouvement "moins structurés"

Les syndicats ont déjà annoncé qu'ils manifesteraient contre cette réforme, sans encore choisir de date précise. Néanmoins, il y a plusieurs inconnues. La mobilisation des jeunes, d'abord, et celle de collectifs "en dehors de tout cadre syndical". Les renseignements s'attendent à des "modes d'action disruptifs et imprévisibles", "moins structurés", comme les récentes mobilisations des contrôleurs SNCF et des médecins libéraux. Ceux-ci "suscitent une certaine inquiétude" dans les entreprises et dans les syndicats qui peuvent y voir une concurrence militante et "se livrer à une certaine surenchère".

Le service de renseignement envisage aussi que les "gilets jaunes" puissent se joindre à la contestation. Écrite le 6 janvier, leur note prévoyait qu'entre 1 000 et 1 400 personnes allaient se rassembler en France (hors Île-de-France) le lendemain, à l'appel du mouvement. Un chiffre légèrement sous-évalué puisqu'elles étaient en réalité 2 700 en régions. 2 000 de plus se sont mobilisées à Paris.

>> "On ne se démotive pas" : à Paris, les "gilets jaunes" font leur retour pour dénoncer la politique d'Emmanuel Macron

Même si ces chiffres sont loin de ceux du début du mouvement, et même si celui-ci a du mal à se relancer après la pandémie de Covid-19, "l'échec des mobilisations significatives des gilets jaunes ne doit cependant pas occulter la montée d'une grogne au sein des territoires, liée à la dégradation du pouvoir d'achat et des réformes à venir sur les retraites", ajoutent les renseignements.

En 2010, les 10 journées nationales d'action contre un précédent projet de réforme des retraites avaient mobilisé huit millions de personnes au total. Entre 2019 et 2020, un autre projet de ce type avait incité plus de trois millions de personnes à se mobiliser en tout, lors de 14 manifestations interprofessionnelles et intersyndicales.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.