Cet article date de plus de deux ans.

"On craint un appauvrissement" : des retraités à nouveau dans la rue contre la baisse de leur niveau de vie

Des rassemblements à l'appel de neuf fédérations de retraités sont prévus mercredi à Paris pour remettre des pétitions aux députés La République en marche.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des retraités manifestant à Paris contre la hausse de la CSG, le 28 septembre 2017. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

La colère des retraités, qui va à nouveau s'exprimer mercredi 3 octobre, à Paris, porte sur la hausse de la CSG que 60% d'entre eux ont subie cette année. Elle est aussi alimentée par le quasi gel des pensions pour 2019 et 2020. 

Les retraités modestes ne sont pas des "nantis"

Les retraités vivent déjà une baisse de pouvoir d'achat, affirme Olivier Jouchter de la CGT, l'une des neuf organisations qui appellent aux rassemblements à Paris. Le syndicaliste prend l'exemple d'un retraité qui perçoit une pension moyenne d’un peu moins de 1 300 euros net chaque mois.

Il y a une perte de 561 euros pour l’année 2018.

Olivier Jouchter, membre de la CGT

à franceinfo

"Je ne pense pas que quelqu’un oserait dire d’un smicard que c’est un nanti et on le fait avec les retraités. C’est à proprement parler scandaleux", soutient le représentant de la CGT.  

Un quasi gel des pensions dans les deux ans 

En 2019 et 2020, avec une faible hausse de 0,3%, le montant des pensions ne bougera guère. Les revalorisations ne suivront pas le rythme de l'inflation, et en même temps, le gouvernement choisit de revaloriser le minimum vieillesse. Cette allocation de solidarité aux personnes âgées doit passer de 833 à 868 euros par mois le 1er janvier prochain. Elle devrait à nouveau augmenter de 35 euros début 2020. Pour Michel Salingue de la Fédération des retraités de la fonction publique, ce choix désavantage certains retraités modestes. "On craint un appauvrissement et un grignotage des pensions", explique-t-il, en prenant pour exemple "les personnels de nettoyage dans les mairies ou les hôpitaux payés à peine au niveau du smic". "Ils se retrouvent avec des pensions qui frôlent le minimum vieillesse", affirme-t-il.

Les syndicats de retraités espèrent que les députés La République en marche porteront leur message au gouvernement. Une nouvelle manifestation est d'ores et déjà prévue à Paris le 18 octobre.

Des retraités à nouveau dans la rue pour protester contre la baisse de leur niveau de vie - un reportage de Célia Quilleret - 0
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.