Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Maisons de retraite privées : selon un ancien directeur, l'objectif est de marger à 30%

Pourquoi nos parents et nos grands- parents sont-ils maltraités dans les Ehpad privés ? Comment ces établissements commerciaux gèrent-ils l'argent qu'ils reçoivent de l'Etat, du département et des familles ? 

France 2

Nourriture rationnée, soins baclés, pensionnaires errant dans les couloirs et à chaque fois la même raison avancée : le manque de personnel nécessaire pour accompagner les personnes âgées dépendantes.

"Envoyé spécial" a mené l'enquête dans les Ephad gérés par des groupes privés à but lucratif, qui représentent plus de 25% des maisons de retraites. Ce n'est pas parce les familles paient le prix fort que les résidents ont droit à plus de personnels soignants. Dans ces groupes, chaque directeur d'établissement a un objectif financier à tenir. Les remplacements seraient limités, si l'on en croit un ancien directeur d' Ephad privé, et le nombre de personnel calculé au plus juste. Quand il  y a 49 aides-soignants à temps plein pour 100 résidents dans les Ephad privés, il y en a 65 pour 100 pensionnaires dans les maisons de retraite publiques selon un rapport parlementaire de mars 2018. 

Les deux grands groupes qui se partagent le marché sont cotés en Bourse. En 2017, le groupe Korian a gagné 163 millions d'euros et Orpéa 89 millions d'euros.Tous deux sont des filiales de fonds de pensions étrangers. 

Peu d'aides-soignantes acceptent de témoigner à visage découvert. Aujourd'hui, Hella travaille en intérim dans des maisons de retraite privés, embauchée parfois pour une vacation d'une seule nuit.            

Maisons de retraite, derrière la façade 
Maisons de retraite, derrière la façade  (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)