Le montant des pensions de retraite du privé pourrait baisser à partir de 2019

Les partenaires sociaux négocient mercredi les futures règles du système de retraites complémentaires du privé. Ce nouveau système pourrait moduler de manière "quasi-automatique" le niveau des pensions en cas de déficit.

Ce nouveau système, issu la fusion de l\'Agirc et de l\'Arcco, devrait pouvoir ajuster de manière \"quasi-automatique\" un des facteurs de calcul de la pension.
Ce nouveau système, issu la fusion de l'Agirc et de l'Arcco, devrait pouvoir ajuster de manière "quasi-automatique" un des facteurs de calcul de la pension. (GARO / PHANIE / AFP)

Déjà échaudés par la hausse de l'augmentation de 1,7 point de la CSG, les retraités du secteur privé risquent à nouveau de faire la grimace. Les partenaires sociaux négocient en effet, mercredi 8 novembre, les règles d'un nouveau système de retraite complémentaire qui entrera en vigueur au 1er janvier 2019 et qui pourrait modifier le montant des pensions en fonction du niveau de déficit global, révèle Le Parisien

Selon les informations du quotidien, ce nouveau système issu la fusion de l'Agirc (qui concerne les cadres du privé) et de l'Arcco (qui concerne tous les salariés) pourra ajuster de manière "quasi-automatique" un des facteurs de calcul de la pension, en fonction de l'état des finances du système. Ce facteur, appelé la "valeur de service du point", représente pour les cadres plus de la moitié du montant de la pension totale, précise Le Parisien.

Un changement radical de système

La mise en place d'un tel système, sur lequel les partenaires sociaux travailleraient depuis des mois, constituerait une "révolution dans le monde des organismes de retraite", estime le journal. En effet, jusqu'à présent, chaque modification du montant des pensions devait faire l'objet d'une négociation particulière.

Derrière ce changement de logiciel se cache la volonté d'éviter les déficits sans augmenter les cotisations des employeurs et des salariés, explique Le Parisien. Qui précise que "selon une étude confidentielle réalisée par les services techniques à la demande des partenaires sociaux, ces nouvelles mesures conduiraient à une baisse du niveau de pension de 9% en quinze ans".

Meme si il serait en partie automatisé, ce nouveau système resterait tout de même sous contrôle des partenaires sociaux, tient à préciser au quotidien un responsable de la CFDT. 

Ces ajustements automatiques ne joueront qu'en cas de dérives : si le régime ne dispose pas d'une réserve financière égale à six mois de prestations. Et tous les quatre ans, les partenaires sociaux pourront décider de réajuster les curseurs.Un responsable de la CFDTau "Parisien"