Emmanuel Macron propose d'indexer les pensions de retraite sur l'inflation dès cet été, "une mesure d'urgence et de justice", dit Bruno Le Maire

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le ministre de l'Economie a insisté "sur la détermination totale d'Emmanuel Macron à protéger tous les Français" contre les conséquences de l'augmentation des prix.

Emmanuel Macron a annoncé qu'il souhaitait indexer les pensions de retraite sur l'inflation dès cet été. Il s'agit d'une "mesure d'urgence, une mesure de justice", a précisé Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, et représentant du candidat Emmanuel Macron à la présidentielle, jeudi 7 avril sur franceinfo. Les pensions de retraites sont habituellement indexées sur l'inflation au 1er janvier de chaque année, ce qui "peut très bien" être le cas en janvier 2023, même après l'indexation qui serait faite cet été, a ajouté Bruno Le Maire.

>> Repousser le départ à la retraite à 65 ans ? On vous décrypte cette proposition d'Emmanuel Macron et Valérie Pécresse

Le ministre de l'Economie a insisté "sur la détermination totale d'Emmanuel Macron à protéger tous les Français" contre les conséquences de l'augmentation des prix, y compris les retraités "qui ont le sentiment d'être pris à la gorge par l'inflation". "La personne qui a 66, 67 ans, qui touche sa pension de retraite, quand elle va au supermarché, qu'elle paye son paquet de pâtes, ça a augmenté, quand elle prend sa voiture, elle fait son plein, le prix a augmenté malgré la ristourne de 18 centimes. Tout coûte plus cher et ses revenus sont les mêmes parce qu'elle est retraitée, c'est angoissant", a résumé Bruno Le Maire.

Pour cette raison, le ministre a justifié la nécessité de ne pas "se contenter" de la revalorisation des pensions de 1% octroyée en janvier 2022. "La décision que propose le candidat Emmanuel Macron, c'est de dire à l'été prochain, on fera une nouvelle revalorisation à la hauteur de l'inflation", a-t-il indiqué. L'inflation étant actuellement "d'un peu plus de 4%", cette revalorisation "sera de cet ordre de grandeur là", a poursuivi Bruno Le Maire, convaincu "qu'il faudra ouvrir une réflexion plus globale" sur cette décision "d'urgence", "maintenant que nous rentrons dans une ère d'inflation plus élevée".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.