DIRECT. Réforme des retraites : Edouard Philippe transmettra demain par écrit ses propositions aux partenaires sociaux

Des discussions sur les modalités d'organisation d'une conférence de financement du système de retraites ont été organisées vendredi à Matignon entre le gouvernement et les partenaires sociaux.

Le Premier ministre Edouard Philippe, et ses ministres Agnès Buzyn et Laurent Pietraszewski, lors d\'une réunion avec les partenaires sociaux à Matignon, le 10 janvier 2022.
Le Premier ministre Edouard Philippe, et ses ministres Agnès Buzyn et Laurent Pietraszewski, lors d'une réunion avec les partenaires sociaux à Matignon, le 10 janvier 2022. (CHARLES PLATIAU / POOL)
Ce qu'il faut savoir

Le gouvernement joue une nouvelle carte pour défendre l'âge pivot, mesure la plus largement contestée de son projet de réforme des retraites. Vendredi 10 janvier, Matignon a dévoilé aux partenaires sociaux un chiffrage des économies que permettait selon lui cette mesure : elles atteindraient trois milliards d'euros en 2022, et douze milliards en 2027, date à laquelle cet âge pivot à l'augmentation progressive atteindrait 64 ans.

Ces estimations figurent dans un document consulté par franceinfo et France Télévisions, distribué par Matignon aux partenaires sociaux, vendredi, en marge d'entretien bilatéraux : Edouard Philippe reçoit à tour de rôle les organisations syndicales et patronales pour discuter des modalités d'organisation d'une conférence sur le financement de la réforme, proposée par la CFDT. 

Des propositions "concrètes" du gouvernement. Edouard Philippe a indiqué vendredi dans la soirée qu'il adresserai samedi "aux organisations syndicales et patronales des propositions concrètes", suite à une journée d'échanges qui a donné lieu à des discussions "très franches, très constructives", a-t-il indiqué devant les journalistes. 

La conférence de financement toujours en débat. A la sortie de son entretien avec Edouard Philippe, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, à l'origine de cette proposition, s'est dit ouvert à ce qu'elle soit organisée en même temps que l'examen du projet de loi à l'assemblée. Il souhaitait initialement qu'elle ait lieu plus tard. Il se rapproche ainsi de la position de Philippe Martinez, leader de la CGT, qui s'est dit "d'accord sur le principe" de cette conférence, mais ne souhaitait pas qu'elle soit "détachée du projet de loi" dans son ensemble. Contrairement à la CFDT, il ne s'oppose pas seulement à l'âge pivot mais au projet dans son ensemble. Le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, veut lui que le sujet soit réglé d'ici trois mois et juge qu'on ne peut pas "continuer à discuter du financement si projet de loi est voté".

 Le retrait de l'âge pivot toujours revendiqué. Outre la CFDT, qui a réitéré son souhait de le voir disparaître du projet, le secrétaire général de l'Unsa, Laurent Escure, a dit espèrer un retrait de cette dernière mesure "dans les prochaines heures". "On ne m'a pas dit si oui ou non il serait retiré", a nuancé son homologue de FO, Yves Veyrier. Geoffroy Roux de Bézieux, en revanche, juge que le maintien dans le nouveau système d'une "mesure d'âge" est "absolument indispensable".

L'avant-projet de loi dévoilé. Le texte rendu public par le gouvernement vendredi comprend notamment de nombreuses mentions de l'âge pivot (nommé ici "âge d'équilibre"). Si le gouvernement affirme l'avoir envoyé aux organisations syndicales, Philippe Martinez a affirmé ne pas l'avoir reçu : "Il a été envoyé à des institutions où siègent des organisations syndicales, à la CNAV par exemple, mais ce n'est pas pareil".

Le mouvement de grêve continue, les avocats manifestent. Plusieurs centaines d'entre eux ont protesté à l'intérieur du palais de justice de Paris, en marge de l'audience solennelle de rentrée de la Cour de Cassation à laquelle assiste la ministre de la Justice Nicole Belloubet. Au Havre (Seine-Maritime), la zone industrialo-portuaire, qui regroupe 1 200 entreprises, est bloquée par des manifestants. Des dépôts de tramways ou de bus ont également été bloqués, tôt vendredi, dans au moins quatre agglomérations françaises : Marseille, Nancy, Dijon et Nantes. A Marseille, des manifestants ont aussi envahi les voies de la gare Saint-Charles.

A la RATP, "de nombreuses lignes encore très perturbées". Pour la 37e journée de grève contre la réforme des retraites, aucune ligne de métro n'est fermée vendredi complètement fermée mais, à l'exception des lignes 1 et 14, elles ne circuleront à nouveau qu'aux heures de pointe (6h30-9h30 et 16h30-19h30). Et parfois seulement le matin (la 13) ou en fin de journée (la 6 et la 12).

Nette amélioration à la SNCF. Le trafic sera meilleur que celui de la veille, avec le maintien de quatre TGV sur cinq (dont sept Ouigo sur huit), un Intercités sur trois, trois TER sur cinq et trois Transilien sur cinq.

De très nombreuses cagnottes pour les grévistes. Les cagnottes recevant des dons pour les grévistes mobilisés contre la réforme des retraites se multiplient depuis le début du mouvement, avec l'objectif de les soutenir financièrement mais aussi moralement. Sur internet, de nombreuses caisses de grève ont été créées par des syndicats ou des collectifs pour recueillir ces aides via différentes plateformes de cagnottes en ligne, ciblant parfois une catégorie très précise de grévistes.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GREVE

19h42 : Bonjour . Pour être titulaire de la carte de presse, il faut avoir "pour activité principale, régulière et rétribuée, l'exercice de sa profession dans une ou plusieurs entreprises de presse, publications quotidiennes et périodiques, ou agences de presse" et en tirer "le principal de ses ressources". La jeune fille de 19 ans qui a reçu des coups de matraque est étudiante à l'école de journalisme de Lille et ne peut donc dans ses conditions être titulaire de cette carte. Elle a elle-même expliqué à franceinfo qu'elle suivait la manifestation car elle souhaite devenir photoreporter.

19h43 : Cette jeune fille avait-elle une carte de presse ? Merci pour votre réponse.

19h35 : "J'ai baissé ma capuche, ça pissait le sang de partout".


Marie, 19 ans, étudiante à l'école de journalisme de Lille, a reçu des coups de matraque alors qu'elle couvrait la manifestation lilloise avec son appareil photo. "J'étais juste dans la foule, je n'ai pas eu de chance. Les CRS n'ont pas vu que j'avais mon appareil photo, j'étais de dos, ils ont tapé comme ça sans regarder," a-t-elle raconté à franceinfo.

Marie, étudiante de 19 ans, a été frappée à trois reprises par un CRS, le 9 janvier 2020 à Lille (Nord). (ANTOINEGRRRR / TWITTER)

19h11 : "Je reçois trois, quatre premiers coups au niveau de l'avant-bras. Je reçois un nouveau coup au bras en étant de dos, et quand j'essaie de récupérer mon téléphone qui est retombé, je reçois un coup de matraque télescopique sur le crâne."


La femme filmée sur la vidéo que nous venons d'évoquer, Irène, est conductrice sur la ligne 9 du métro parisien, et élue du syndicat Unsa-RATP. Notre journaliste Valentine Pasquesoone a recueilli son témoignage. Elle a l'intention de porter plainte.

19h12 : Dans un premier temps, une source judiciaire a indiqué, par erreur, à franceinfo l'ouverture d'une enquête après la diffusion de cette vidéo. Il n'en est rien : il n'y a bien qu'une seule enquête ouverte pour l'instant, concernant un probable tir de LBD à bout portant sur des manifestants. Retrouvez toutes les précisions dans notre article.

Capture d\'écran des affrontements place Saint-Augustin à Paris, le 9 janvier 2020.(BRICE IVANOVIC / TWITTER)



18h08 : Il est 18 heures et voici les principales informations de l'après-midi.

La RATP annonce pour demain un trafic très perturbé "avec une nette amélioration par rapport aux week-ends précédents", aucune ligne ne sera totalement fermée. La SNCF annonce 4 TGV sur 5, 2 Transilien sur 5, 2 Intercités sur 5 et 5 TER sur 10 pour demain.


Edouard Philippe va répondre "assez rapidement" aux demandes des partenaires sociaux, a assuré le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger au sortir d'un entretien avec le Premier ministre à Matignon. Il a réaffirmé qu'une "mesure aveugle et injuste" comme l'âge pivot n'avait pas sa place dans le projet de réforme des retraites.


Le parquet de Paris ouvre deux enquêtes pour "violences volontaires" par des membres des forces de l'ordre sur des manifestants après des faits survenus hier.


Washington annonce des sanctions sur le secteur de l'acier et plusieurs hauts responsables iraniens.

17h55 : Edouard Philippe doit prendre la parole dans quelques minutes.

17h43 : Bonsoir @Ludo ! Je vous ai publié le détail des lignes ouvertes dans le tweet juste avant votre question, vous pouvez également le consulter ici.

17h44 : Mais ça veut rien dire le communiqué de la RATP !! "Très perturbé mais avec une nette amélioration" ? Ca veut dire quoi concrètement pour un Parisien ?

17h52 : La RATP annonce un trafic très perturbé "avec une nette amélioration par rapport aux week-ends précédents". Aucune ligne ne sera totalement fermée.

17h25 : Pendant ce temps, certains sont prêts à tout pour prendre leur RER...

17h07 : Pour la journée de dimanche, la SNCF annonce 4 TGV sur 5, 2 Transilien sur 5, 1 TER sur 2, et 2 Intercités sur 5.

17h04 : La SNCF annonce 4 TGV sur 5, 2 Transilien sur 5, 2 Intercités sur 5 et 5 TER sur 10 pour demain.


16h50 : "On a senti une volonté d'ouverture, mais tout ça se mesure in fine aux actes. Nous n'avons pas eu les réponses ce soir", a estimé Laurent Berger. "Le Premier ministre a dit qu'il répondrait assez vite, sans plus de précisions."

16h46 : Edouard Philippe va répondre "assez rapidement" aux demandes des partenaires sociaux, a assuré le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger au sortir d'un entretien avec le Premier ministre à Matignon. Il a réaffirmé qu'une "mesure aveugle et injuste" comme l'âge pivot n'avait pas sa place dans le projet de réforme des retraites.

16h36 : Selon un premier chiffrage de Matignon, l'âge pivot permettrait d'économiser 3 milliards d'euros en 2022 et 12 milliards en 2027.

16h07 : Les futures pensions des cheminots, selon le projet de réforme des retraites, "seront équivalentes ou supérieures à celles du régime spécial" actuel, affirme le directeur des ressources humaines de la SNCF, Benjamin Raigneau, dans un entretien à Ville, Rail et Transports.

14h20 : Bonjour ! Nous sommes en train de recueillir plusieurs témoignages de manifestants. Valentine Pasquesoone a notamment pu parler avec Irène, qu'on voit sur cette vidéo perdre son portable et essuyer plusieurs coups de matraque. Elle doit déposer plainte cet après-midi.

14h17 : Bonjour. Pourquoi vous ne faites aucun article sur la violence intolérable des forces de l'ordre dans les manifestations d’hier ?

13h45 : Il concerne un site à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) et un autre à Sainghin-en-Mélantois (Nord). Leur blocage pourraient perturber l'approvisionnement des distributeurs automatiques des billets, prévient le syndicat.

13h45 : Cet appel à la grève intervient dans le cadre du mouvement de protestation contre la réforme des retraites, détaille un communiqué, rappelant la demande de la CGT d'un "retrait de la réforme".

14h08 : Le syndicat CGT de la Banque de France a annoncé aujourd'hui le dépôt d'un préavis de grève "reconductible bloquante" à partir de lundi dans deux centres fiduciaires de la banque en Ile-de-France et dans les Hauts-de-France, qui traitent plus du quart des billets du pays.

13h05 : Dans le détail : 47,3% des conducteurs sont en grève, 36,3% des contrôleurs et 24,3% des aiguilleurs sont en grève à la SNCF.

14h00 : Le taux de grévistes mesuré ce matin à la SNCF s'établit à 10,2% au sein de l'entreprise.

13h57 : "Sur la forme", Philippe Martinez critique le fait que les ministres "ne connaissent pas le fonctionnement du social en France". Il a affirmé ne pas avoir reçu le projet de loi envoyé aux organisations syndicales. "Il a été envoyé à des institutions où siègent des organisation syndicales, à la Cnav par exemple, mais ce n'est pas pareil ". Avec cette "confusion volontaire ou involontaire (…) le gouvernement jette de l'huile sur le feu, y compris sur des questions qui pourraient être moins polémiques".

13h56 : Philippe Martinez a néanmoins prévenu : "Il ne faut pas que ce soit détaché du projet de loi (…) Si on parle de financement, il faut que ça se traite en parallèle avec les discussions sur le projet de loi." Il propose notamment "une augmentation des salaires" et de "faire le bilan des exonérations des cotisations sociales et patronales qui prive la Sécurité sociale et les caisses de retraite de ressources importantes".

12h26 : Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a affirmé, à l'issue de la réunion avec le Premier ministre aujourd'hui, être "d'accord" avec la conférence sur le financement de la réforme des retraites proposée par la CFDT. "On est prêts à aller à cette conférence pour montrer qu'on peut améliorer le système actuel", a-t-il déclaré.

12h19 : Cette action n'a pas empêché l'audience solennelle de la Cour de cassation de débuter dans une autre partie du palais, dont les accès ont été filtrés. Les cris des avocats peuvent être entendus depuis la salle, sans couvrir les discours.

12h19 : En amont de cette audience, les avocats se sont regroupés ce matin dans la salle des pas perdus. L'un des avocats a pris la parole et déclaré : "Cette réforme va doubler nos cotisations, baisser nos pensions et tuer nos cabinets". La centaine d'avocats a scandé "Belloubet démission !", avant de s'allonger au sol, les bras en croix. Ils ont ensuite jeté leurs robes noires sur le sol.

12h17 : Plus d'une centaine d'avocats manifestent ce matin à l'intérieur du palais de justice de Paris, en marge de l'audience solennelle de rentrée de la Cour de cassation, à laquelle assiste la ministre de la Justice, a constaté une journaliste de France Culture sur place. Cette action vise à protester contre la réforme des retraites.

12h21 : Une centaine de manifestants, composés de professeurs et d'élèves, ont bloqué le lycée Jules-Haag, à Besançon. Ils entendent protester contre la réforme des retraites et celle du baccalauréat, relate France 3 Bourgogne-Franche-Comté.

09h43 : Des manifestants bloquent depuis 5 heures ce matin le dépôt de bus de l'agglomération niortaise (Deux-Sèvres). Aucun bus ne circule sur les lignes : 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10. Les navettes sont aussi concernées + A107-A137-C123B-N101-N102-N103-N104-N106-N108.

08h46 : "Le remboursement intégral des abonnements du mois de décembre, c'est quelque chose d'important, mais il faut que les opérateurs trouvent les bonnes modalités."

La région Ile-de-France a annoncé mercredi le "remboursement intégral des cartes Navigo" du mois décembre. Pour obtenir ce remboursement, Ile-de-France Mobilités va lancer un site internet qui "sera opérationnel d'ici la fin du mois de janvier".





(ERIC PIERMONT / AFP)

06h51 : La circulation des tramways est interrompue ce matin à Marseille, et celle des bus est très perturbée, en raison d'un "mouvement social spontané", selon la régie des transports marseillais (RTM). Une centaine de manifestants, des traminots et des militants de la CGT, bloquent les accès du dépôt de la RTM à La Rose. Un journaliste de La Marseillaise est sur place.

06h01 : Un petit café, un petit point sur l'actu :

• Le Premier ministre canadien Justin Trudeau et son homologue britannique, Boris Johnson, ont affirmé que le Boeing 737 qui s'est écrasé en Iran hier tuant 176 personnes, a été abattu par un missile iranien. "Ce n'était peut-être pas intentionnel", a précisé Justin Trudeau lors d'une conférence de presse.

• La réforme des retraites prévoit la création en 2022 d'un "âge d'équilibre" (âge pivot) au-delà de l'âge légal de départ, à moins d'une "délibération" différente des partenaires sociaux "avant le 1er septembre 2021", selon le projet de loi transmis pour avis aux caisses de Sécurité sociale et dont l'Agence France Presse a obtenu copie.

• L'intersyndicale formée par la CGT, FO, la CFE-CGC, la FSU, Solidaires et des organisations de jeunesse, appelle à de nouvelles actions pour obtenir le retrait de la réforme des retraites, les 14, 15 et 16 janvier.

• La RATP prévoit un trafic toujours "très perturbé" aujourd'hui mais aucune ligne de métro ne sera complètement fermée. Le trafic sur le tramway sera quasi normal. La SNCF annonce pour sa part 4 TGV sur 5 et un trafic semblable à celui du début de semaine.