Les salariés français prêts à se reconvertir

83% des salariés français sont prêts à se reconvertir en cas de licenciement. Changer de métier est une solution envisagée face au chômage et à la crise mais pas seulement.

"De solution de dernier recours, la reconversion professionnelle devient une option réaliste ainsi qu'une véritable réponse aux enjeux du monde du travail actuel et au risque de perte leur emploi."

Tel est le principal constat établi dans un sondage Ipsos réalisé pour l'Afpa (Association pour la formation professionnelle des adultes)(1).Ainsi, 83% des personnes interrogées n'ayant pas changé de métier au cours de leur vie et qui ne pensent pas en changer dans 6 mois envisagent une reconversion professionnelle en cas de licenciement. 32% des actifs pourraient se réorienter professionnellement d'ici un an."Avec ces chiffres, il semble bien que l'image de salariés français figés dans leurs habitudes et réfractaires à la prise de risque et au changement soit battue en brèche", souligne l'Afpa.

Un besoin d'information au travail

Si la reconversion professionnelle est plébiscitée, il n'en demeure pas moins que ce projet suscite des interrogations. Dans le contexte économique actuel, 66% des sondés redoutent de ne pas retrouver un emploi après leur changement de cap. 52% des personnes déclarent ne pas savoir vers quels secteurs se reconvertir professionnellement.

Une grande majorité d'ouvriers

55% des personnes ont déjà changé de métier et de travail. La reconversion professionnelle "concerne plus particulièrement les plus modestes et les moins diplômés", note l'Afpa.

63% des ouvriers et 57% des employés, contre 48% des professions intermédiaires et 44% des cadres supérieurs. Les ouvriers sont également les plus touchés par les reconversions subies. En effet, changer de métier résulte d'un choix pour 63% des professions supérieures et intermédiaires contre 54'% des ouvriers.

Un nouveau départ positif

Crise ou pas, "une reconversion relève majoritairement d'un choix personnel", précise l'Afpa.  Seulement 25% des personnes ayant changé de travail l'attribuent à une cause économique. Par ailleurs, 57% des Français s'étant réorientés attribuent leur reconversion à un choix personnel plus qu'à une contrainte. Une décision qu'ils ne regrettent pas !Parmi les points positifs cités : l'épanouissement professionnel, de meilleures conditions de travail, un équilibre entre vie privée et leur emploi, la rémunération et les possibilités d'évolution de carrière. Enfin, pour 71% des personnes interrogées, la reconversion a constitué un métier passion idéal !(1) Etude réalisée en avril 2009 auprès d'un échantillon de 1 000 personnes représentatives de la population française âgée de 15 ans et plus.En savoir plus

  •  L'Afpa lance un concours ouvert aux particuliers et aux entreprises pour récompenser des parcours exemplaires de reconversion. Les candidats peuvent télécharger le dossier de candidature ainsi que le règlement du concours sur le site de l'Afpa. Clôture des inscriptions : le 30 septembre 2010. La remise des prix aura lieu en décembre.

Et vous, pensez-vous à vous reconvertir ? 

Rédigé par Nadia GraradjiPublié le 05/07/2010