Jobs d'été : comment la plateforme "1 jeune, 1 solution" sélectionne les offres d'emploi à destination des étudiants

Des étudiants racontent à franceinfo que de nombreuses offres parues dans la catégorie "jobs d'été" de ce site lancé en 2020 par le gouvernement ne correspondent pas à la période des vacances universitaires. Explications. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Une serveuse masquée prend une commande en terrasse à Ajaccio (Corse-du-Sud), le 2 juin 2020. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

La fin des partiels à l'université sonne le début de la quête de jobs d'été. D'autant que les jeunes ont été lourdement affectés par la crise sanitaire liée au Covid-19 et ses conséquences économiques, comme le soulignait le Conseil d'analyse économique (CAE), fin janvier, en précisant que le revenu des 20-25 ans avait chuté de 5% à 10% depuis l'été 2020. En vue du mois d'août, Benjamin, étudiant en cinéma à Paris, écume chaque jour les sites spécialisés dans le recrutement, à la recherche d'offres. C'est tout naturellement qu'il a été interpellé par la récente annonce de la ministre du Travail : lundi 31 mai, 10 000 offres d'emploi destinées aux jeunes pour l'été ont été publiées sur la plateforme "1 jeune, 1 solution", inaugurée par le gouvernement en 2020 dans le cadre de France Relance. Pour accompagner les jeunes dans leur recherche, le ministère a ajouté une catégorie "emploi saisonnier" au système et l'a fait savoir à grand coup de renfort médiatique. 

Une fois sur le site, Benjamin clique sur l'onglet réservé aux jobs d'été. "Là, j'ai fait défiler les offres et on m'a proposé des emplois de dentiste ou d'infirmier", raconte-t-il, dubitatif, à franceinfo, expliquant que "peu de jobs pour l'été" étaient finalement disponibles. De fait, beaucoup d'offres présentes dans l'onglet "Je cherche un job d'été" s'avèrent être des contrats dont la durée n'est pas limitée aux vacances universitaires. Ainsi, des annonces pour un contrat de dentiste ou d'infirmière peuvent côtoyer une annonce pour être surveillant de baignade. De quoi s'interroger sur la pertinence des filtres proposés. "C'est décevant. En plus, les offres que j'ai vues sur le site sont aussi présentes ailleurs", regrette Benjamin. 

Des critères créés pour les offres 

Alors, comment les offres d'emploi étudiants sont-elles sélectionnées sur la plateforme "1 jeune, 1 solution" ? Contacté par franceinfo, le Haut-commissariat à l'emploi et à l'engagement des entreprises, qui pilote le projet, explique que trois critères ont été établis pour juger de la pertinence des offres proposées aux jeunes. Ainsi, pour qu'un job figure dans la rubrique "job étudiant", il faut que la durée du contrat soit inférieure à 60 jours (pour coller à la période des vacances estivales des étudiants), que le début du contrat coïncide avec le début de l'été et que l'employeur demande moins d'un an d'expérience pour le poste proposé. "Nous n'avons pas souhaité donner un critère sur le secteur d'activité pour proposer le plus d'offres possibles", se défend le Haut-commissariat.

Toutes les offres de Pôle emploi qui remplissent ces conditions sont automatiquement reversées dans la nouvelle catégorie. Au vu du volume, l'organisme explique à franceinfo que chacune des offres présentes sur la plateforme "1 jeune, 1 solution" n'est pas forcément vérifiée. "Des entreprises partenaires de Pôle Emploi, qui diffusent déjà des offres sur le site, peuvent publier des offres sur la plateforme '1 jeune, 1 solution'. Nous leur faisons confiance et on va moins vérifier", explique-t-on. En revanche, les offres d'emploi déposées directement par des entreprises sur la plateforme sont systématiquement contrôlées par un conseiller de Pôle Emploi, affirme le Haut-commissariat. 

Pour que la recherche des étudiants puisse être la plus efficace possible, Pôle Emploi conseille d'avoir recours aux filtres. "Nous avons des centaines de milliers d'offres sur le site et tous les types de contrats. Il faut faire attention à bien sélectionner les offres avec la mention 'saisonnier'" dans la case "contrat". Vendredi 4 juin dans la matinée, 2 867 offres apparaissaient sous ce filtre et proposaient des emplois de serveurs ou de manutentionnaire, par exemple.

"C'était dur financièrement cette année"

Il ne faut pas non plus s'étonner si une annonce apparaît ailleurs que sur "1 jeune, 1 solution". L'idée de la plateforme est de centraliser les offres d'emploi en un seul lieu. Néanmoins, celles-ci ne lui sont pas toutes exclusivement destinées et peuvent donc se retrouver ailleurs, explique le Haut-commissariat. "L'idée était de créer une plateforme pour orienter les jeunes et ceux qui les accompagnent. Chaque saison, on adapte la plateforme pour l'été. On a voulu créer une dynamique autour des jobs étudiants", déclare le Haut-commissariat, qui voit là un moyen d'accompagner la reprise de l'activité après l'allégement des restrictions sanitaires, notamment dans les secteurs en pénurie de main-d'œuvre. "Parmi les 9 000 entreprises engagées, les plus petites structures se sont mobilisées en disant qu'elles ont des besoins en recrutement", précise-t-il.

Mais les résultats peuvent parfois se faire désirer. Yacine, étudiant en fin de première année à Paris et habitant dans l'Oise, raconte ainsi qu'un seul employeur lui a répondu après qu'il a postulé à une dizaine d'offres pour la période estivale. "C'est un emploi de manutention et l'annonce disait que les débutants étaient acceptésL'employeur m'a dit que je n'avais pas assez d'expérience", regrette le jeune homme, qui salue toutefois "la bonne idée" de réunir "toutes les offres au même endroit". "C'était tellement dur financièrement, cette année, que ça aiderait de bosser, poursuit Yacine. Je n'ai pas le choix." 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vie-professionnelle

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.