VIDEO. "La soumission, ça arrive à toutes les femmes", estime la philosophe féministe Manon Garcia

La philosophe féministe Manon Garcia dénonce la soumission que l'ensemble des femmes subissent dès leur plus jeune âge. Brut s'est entretenu avec elle.

BRUT

Toutes les femmes sont-elles soumises ? Pour Manon Garcia, cela ne fait aucun doute. Dans son essai "On ne naît pas soumise, on le devient", publié aux éditions Flammarion, la docteure en philosophie défend une théorie selon laquelle la société induirait les femmes à consentir à leur propre soumission. "On a tendance, quand on parle de soumission féminine à penser que c’est les femmes voilées ou les femmes au foyer", explique-t-elle. Or, la philosophe estime que "la soumission, ça arrive à toutes les femmes." Selon Manon Garcia, "on est aussi soumise quand on s'affame pour rentrer dans une taille 36, quand on s'occupe de faire des repas parfait à instagramer, pour montrer à quel point on est une parfaite petite amie et mère de famille, quand on fait énormément de sport pour être mince et jolie, et se maquiller". Une soumission qui serait consentie, donc.

Une éducation à la soumission

Pire encore, elle leur serait enseignée dès le plus jeune âge. "On apprend aux petites filles à être gentilles et calmes les premiers jours de leur vie", explique la philosophe. "Donc on les éduque à la soumission et c’est très difficile de se départir de ça." Cette soumission, qui serait propres à toutes les femmes, leur dicterait une certaine manière de se comporter. "Un des grands phénomènes de l’existence des femmes dans nos sociétés contemporaines, c’est qu’elles se sentent tout le temps coupables parce qu’elles sont en fait tiraillées entre l’impératif de liberté qui est l’impératif des individus […] et l'impératif de féminité qui est un impératif de soumission“, explique-t-elle. "Et donc quand on joue le jeu de la soumission à fond, la société nous dit qu'on n’est pas assez libre […] mais une femme qui choisit de vivre la liberté, sans jouer le jeu de la féminité, on va dire qu'elle est masculine, qu'elle n’est pas belle, qu'elle n’est pas charmante."

Érotiser l’égalité

Pour Manon Garcia, la solution serait "d’érotiser l'égalité". Selon elle, les structures mentales communes feraient exactement l’inverse. "On a cette espèce d'image que ce qui est sexy, c'est de plaquer une fille contre un mur plus ou moins contre son gré, comme on voit dans les James Bond […] qu'on se dit : c'est ça qui est sexy !" Si la philosophe consent qu'une relation ne peut s'effectuer sans rapport au pouvoir, elle appelle à ce que ces rapports ne soient plus figés avec une seule et même structure. "L'égalité, ce serait de pouvoir être soumise, de pouvoir ne pas être soumise et que ce soit fluide en réalité", conclut-elle.

VIDEO. \"La soumission, ça arrive à toutes les femmes\", estime la philosophe féministe Manon Garcia
VIDEO. "La soumission, ça arrive à toutes les femmes", estime la philosophe féministe Manon Garcia (BRUT)