Salon du Bourget : les femmes appelées aux commandes des avions

Le Salon du Bourget ouvrira ses portes du lundi 17 au vendredi 21 juin. France 2 est allée à la rencontre des femmes pilotes, qui ne représentent encore que 3% des commandants de bord au niveau mondial. 600 000 pilotes doivent être recrutés dans les 20 prochaines années.

FRANCE 2

Le regard acéré, Kathel Boulanger décolle de la piste de Toulouse (Haute-Garonne) en direction de Paris. À 40 ans, elle est commandant de bord et transporte des centaines de passagers depuis quinze ans. Parfois, certains ont du mal à y croire. Les préjugés ont la vie dure. Il faut dire que seulement 3% des pilotes dans le monde sont des femmes, à peine plus que chez les chauffeurs de poids lourds. Pour son collègue masculin du jour, les femmes pilotes sont un atout pour une compagnie. Féminiser le métier et apporter de la mixité dans les cockpits passe par de nouvelles recrues. Mais les femmes représentent à peine 10% des candidats en France.

Susciter des vocations chez les jeunes filles

À Lyon (Rhône), Mélodie Dalle, 28 ans, vient de commencer sa carrière sur une compagnie low cost. Son père était pilote de ligne, et pourtant elle a longtemps douté pouvoir faire ce métier elle aussi. Pour faire changer les mentalités, les compagnies aériennes passent à l'offensive. 600 000 nouveaux pilotes doivent être recrutés en vingt ans pour répondre à l'expansion du transport aérien. Pour susciter des vocations chez des jeunes filles, une compagnie anglaise envoie même ses commandants de bord dans des collèges français. Le chantier pour convaincre les jeunes filles est immense. En cinq ans, cette compagnie a multiplié par trois la part de femmes parmi ses nouvelles recrues. L'objectif est d'atteindre 12% de femmes dans ses cockpits. Si les salaires à l'embauche sont égaux, la parité est encore loin.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un avion de la compagnie Air France, le 5 février 2019, avant son atterrissage à Londres. 
Un avion de la compagnie Air France, le 5 février 2019, avant son atterrissage à Londres.  (NICOLAS ECONOMOU / AFP)