Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Lycéen frappé par un policier : des manifestants dégradent deux commissariats à Paris

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Des jets de projectiles contre deux commissariats
S. SADONE / FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Les commissariats du 10e et du 19e ont fait l'objet de jets d'importants projectiles, vendredi.

Les commissariats du 10e et du 19e arrondissements de Paris ont été la cible de jets de projectiles et de dégradations par des groupes de lycéens, vendredi 25 mars. Des produits ont également été renversés dans un supermarché voisin. Ces incidents se sont produits en marge d'un rassemblement dénonçant le traitement subi, la veille, par un de leurs camarades.

Une bande de jeunes a notamment jeté des pierres contre le commissariat du 19e et tenté de briser ses vitres blindées en se servant de planches en bois comme d'un bélier, alors que les policiers étaient retranchés à l'intérieur.

Le commissariat fermé

Au bout d'une dizaine de minutes, les jeunes ont quitté les lieux. Une trentaine de policiers en tenue anti-émeute ont pris place devant le bâtiment, dont plusieurs vitres sont fendillées, et sur la façade duquel a été tagué "Nique la police". Le sol était jonché de débris et d'amas de barrières métalliques et de planches en bois. Le commissariat a fermé après ces incidents.

Peu avant, un groupe de plusieurs dizaines de jeunes s'était rendu devant le commissariat central du 10e arrondissement, brûlant des fumigènes, renversant des poubelles et des barrières et jetant des projectiles contre la façade du bâtiment.

"Marre d'être une cible pour la police"

Une centaine de lycéens s'était réunie dans le calme, dès 8 heures, devant le lycée Henri-Bergson, dans le 19e arrondissement, se disant "choqués" par l'image de leur camarade frappé la veille par un policier, alors que les jeunes tentaient de bloquer leur école pour contester la loi Travail.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Loi Travail

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.