Cet article date de plus de six ans.

Taxation des CDD : "On ne va pas créer des emplois en augmentant le coût du travail"

Publié
Durée de la vidéo : 6 min.
duel
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

L'économiste Christophe Ramaux et le journaliste Étienne Lefebvre débattent de la taxation des CDD dans le cadre de la loi Travail sur le plateau du Grand Soir 3 ce mardi 12 avril.

Étienne Lefebvre, rédacteur en chef des Échos, pousse un coup de gueule d'entrée dans le Grand Soir 3 : "Avant de parler de malus et de taxe, si on pouvait parler de bonus sur les CDI. En France, on a un problème. Tout de suite, on sort une taxe, une punition. La loi Travail était bien partie pour réformer le marché du travail et puis on commence à modifier le projet et on finit par taxer le CDD. On ne va pas développer les emplois en augmentant le coût du travail".

"Le patronat est culotté", estime Christophe Ramaux. Pour ce membre du collectif Les Économistes Atterrés, enseignant à La Sorbonne, "les représentants patronaux n'arrêtent pas de hurler contre la dépense publique. Ces dernières années, il y a eu une explosion des CDD de courte durée, car une partie des entreprises utilisent l'Unedic comme moyen de paiement d'une partie de leurs salariés. Le Medef généralise le système des intermittents du spectacle. Ce qui est culotté, c'est qu'il utilise les deniers publics donc il est normal que l'État veuille taxer un peu plus".

"Petite politique"

Christophe Ramaux ajoute que "le problème n'est pas le coût de travail et c'est pour ça que cette loi ne va pas permettre de créer des emplois. Le problème dont souffrent les entreprises, c'est un problème de carnet de commandes", selon lui.

Et Étienne Lefebvre de rappeler que "la surcotisation des CDD existe déjà. Le CDD coûte plus cher que le CDI et pourtant les entreprises continuent d'embaucher davantage en CDD. Cette mesure n'est pas un signal envoyé aux jeunes, mais à sa majorité, car il veut éviter le 49.3. C'est de la petite politique".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.