Santé : "La prise en charge par le privé coûte plus cher que par le public"

L'économiste Christophe Ramaux et le journaliste Étienne Lefebvre débattent dans le Grand Soir 3 ce mardi 29 novembre du projet de François Fillon à l'égard de la Sécurité sociale.

FRANCE 3

François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, "veut aggraver" la situation existante, estime Christophe Ramaux, membre des Économistes atterrés. "La Sécurité sociale rembourse bien les maladies de longue durée. Mais pour les soins du quotidien, la France se singularise dans le monde par le poids du privé qui est énorme et ça coûte cher. Fillon veut généraliser le modèle du dentaire ou de l'optique, mais ça creuse les inégalités et c'est très coûteux".

"La Sécu prend en charge plus de 76% des frais de santé", rappelle Étienne Lefebvre, rédacteur en chef aux Échos. "Une grippe peut être bénigne ou grave. C'est difficile de placer les frontières entre petits soins et graves maladies. La mesure de Fillon ne m'a pas convaincu". Le journaliste propose : "Dans l'optique et le dentaire, ce qui me semblerait intéressant, c'est de dire aux mutuelles d'aller voir les professionnels et de passer des contrats avec eux pour trouver des bons prix".

"La santé, c'est un investissement"

"La prise en charge de la santé par le privé est beaucoup plus coûteuse que la prise en charge par le public. Les frais de gestion par la Sécu, c'est environ 5% alors que les frais de gestion par une mutuelle, c'est 13-15%", s'agace Christophe Ramaux. Et de souhaiter : "Dès qu'il y a des soins à faire, je suis pour le 100% Sécu".

"Oui il faut dépenser plus pour la santé, car la santé c'est l'avenir, c'est un investissement", assure l'économiste. "Il faut dépenser plus, mais il faudra le rester dans certaines limites. Et pour pouvoir prendre en charge les soins indispensables, il faudra être plus efficace sur tout le reste", juge quant à lui Étienne Lefebvre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Etienne Lefebvre et Christophe Ramaux
Etienne Lefebvre et Christophe Ramaux (FRANCE 3)