Polémique : la ministre du Travail fragilisée

Muriel Pénicaud, l'actuelle ministre du Travail, aurait empoché plus d'un million d'euros de bénéfices lorsqu'elle était directrice des ressources humaines du groupe Danone. Elle aurait revendu des actions juste après l'annonce d'un plan social, une opération dénoncée par l'opposition de gauche.

France 3

L'actuelle ministre du Travail Muriel Pénicaud aurait perçu une plus-value boursière de plus d'un million d'euros en 2013. Elle est alors DRH chez Danone. Une somme récupérée après la vente de stock options réalisée à la veille d'un plan social de 900 suppressions de postes. Au Sénat ce jeudi 27 juillet, des élus communistes accusateurs brandissent le journal l'Humanité qui titre sur le sujet.

Impliquée dans deux affaires

La ministre du Travail se défend de tout délit d'initié. Elle dénonce des amalgames regrettables. L'opposition affiche aussi sa vindicte à l'Assemblée nationale. Certains comme Nicolas Dupont-Aignan réclament même la démission de Muriel Pénicaud. Un nouveau sujet sensible pour cette dernière déjà empêtrée dans l'affaire Business France où elle n'aurait pas respecté les règles d'attribution d'un marché public lors d'un déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas en 2016.

Le JT
Les autres sujets du JT
Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, le 10 juin 2017 à l\'Assemblée nationale. 
Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, le 10 juin 2017 à l'Assemblée nationale.  (BERTRAND GUAY / AFP)