DIRECT. Mobilisation contre la loi Travail: grève à la SNCF et chez les routiers

En Ile-de-France, on attend en moyenne trois RER sur quatre et six Transilien sur dix. 

Des voyageurs attendent un train sur un quai de la gare Saint-Lazare (Paris), pendant une grève de la SNCF, le 9 mars 2016.
Des voyageurs attendent un train sur un quai de la gare Saint-Lazare (Paris), pendant une grève de la SNCF, le 9 mars 2016. (MATTHIEU ALEXANDRE / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Après les routiers, les cheminots. Les agents de la SNCF sont en grève, mercredi 18 mai, pour protester contre la loi Travail et défendre les conditions de travail dans leur secteur. Un TER sur deux et deux TGV sur trois circuleront dans la journée, selon les prévisions annoncées mardi. En Ile-de-France, on attend trois RER sur quatre et six Transilien sur dix.

Le trafic des TER et des TGV perturbé. La SNCF prévoit en moyenne un TER sur deux en circulation mercredi et jeudi, mais certaines régions devraient être davantage touchées que d'autres. Deux TGV sur trois circuleront au niveau national, mais les axes Pays de la Loire et Sud-Ouest seront les plus perturbés avec un train sur deux en circulation. Seuls 40% des trajets Intercités seront assurés.

 Circulation réduite des RER et Transilien en Ile-de-France. La ligne du RER E tournera au ralenti avec seulement 50% des trains.  La prévision est de 2 trains sur 3 pour les RER A, C et D. La grève sera aussi particulièrement suivie sur les lignes Transilien P et J (seulement 1 train sur 3), L et U (1 train sur 2) et N (3 trains sur 4). 

 Les routiers toujours mobilisés. Le mouvement de colère des routiers est reconduit mercredi en France, sauf à Marseille. Des actions de blocage et de barrages filtrants devraient être menés dans le Nord, ainsi qu'à Rouen, Caen, Rennes, Bordeaux et Clermont-Ferrand, notamment.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #TRAVAIL

22h02 : La pénurie de carburant commence à se faire sentir, notamment en Normandie. La situation est particulièrement critique au Havre (Seine-Maritime), où trois stations sur quatre sont fermées. Francetv info fait le point sur la situation dans cet article.

19h47 : "Il y a eu un triple effet. Après le long week-end de la Pentecôte, les stations se sont vidées naturellement. Avec le mouvement social, l'accès au carburant ou aux stations et donc le ravitaillement a été perturbé. Et une rumeur de pénurie a asséché aussi" certaines stations, explique le porte parole de la préfecture de Seine-Maritime.

19h46 : La préfète de Seine-Maritime a pris le même type d'arrêté, mais uniquement pour trois stations, une à Rouen, une au Havre et une à Dieppe.

19h49 : Dans l'Eure, le préfet a pris un arrêté pour que "les 33 stations-service du département, qui sont conventionné avec la préfecture, réservent 25% de leur stock de carburants aux véhicules prioritaires et d'urgence". C'est ce que l'on peut lire sur le site de la préfecture.

19h47 : Bonsoir @anonyme ! En effet, la pénurie commence à se faire sentir dans ce secteur. De nombreuses stations-service n'ont plus de carburant en Normandie en raison des mouvements sociaux, en particulier au Havre, où trois stations sur quatre sont fermées. A Rouen, une station sur deux est désormais fermée.

19h40 : Sur Rouen plus de gasoil dans les stations services avez vous des infos?

18h50 : Selon les informations de France 2, les routiers ont voté à main levée la fin du blocage de Caen (Calvados). L'assemblée générale s'est déroulée dans une ambiance tendue. La CGT voulait maintenir le barrage, FO non et de nombreux chauffeurs non-syndiqués souhaitaient reprendre le travail. Les camions sont en train de repartir. La CGT entend laisser quelques poids lourd stationnés sur place.

18h20 : Près de trois Français sur quatre (74%) estiment que le gouvernement n'est pas assez ferme vis-à-vis des casseurs qui perturbent les manifestations contre la loi travail, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié aujourd'hui.

15h46 : Après avoir envahi les voies, la manifestation de cheminots et d'étudiants à la gare Saint-Lazare à Paris se disperse, écrit sur Twitter un étudiant en journalisme qui est sur place.

15h29 : "Il n'y a aucun risque de pénurie, je veux arrêter ce discours que je vois sur quelques réseaux sociaux."

Le secrétaire d'Etat chargé des Transports s'est montré rassurant, alors que des dépôts sont bloqués par des routiers.

15h18 : Dans les commentaires, @John nous signale une occupation des voies de la gare Saint-Lazare. Il nous envoie également cette photo. Un étudiant en journalisme relaie aussi sur Twitter une oocupation du hall de la gare.

13h31 : Pris pour cible par des casseurs lors de la manifestation de jeudi à Paris, les services d'ordre syndicaux ont sorti des matraques et des battes en bois dans le cortège d'hier. Un tel équipement a choqué certains manifestants, comme je vous le raconte dans cet article.

Des membres du service d'ordre de Force ouvrière se déplacent avec des manches de pioche, le 17 mai 2016, à Paris, lors d'une manifestation contre le projet de loi Travail.

(THOMAS SAMSON / AFP)

12h08 : Par ailleurs, Bernard Cazeneuve ajoute que 53 personnes ont été interdites de manifester par arrêté.

12h06 : "Il y a eu 1 300 interpellations, 800 gardes à vue et 51 condamnations depuis le début des manifestations."

A la sortie du conseil des ministres, le ministre de l'Intérieur réfute les accusations de laxisme à l'égard des casseurs.

11h23 : Les forces de l'ordre ont délogé "sans incident" des opposants à la loi Travail d'un amphithéâtre de l'université de Caen (Calvados), occupé depuis plus d'un mois. Un étudiant a été placé en garde à vue pour dégradations. Dix personnes se trouvaient dans l'amphi cadenassé lorsque les forces de l'ordre ont cassé une porte vitrée pour y entrer.

10h47 : Depuis hier, une trentaine de militants CGT bloquent l'accès au dépôt de carburant Total de Cournon. Ils ont été rejoints par des manifestants de Nuit debout. Tous protestent contre le projet de loi Travail, précise France 3 Auvergne.




JEAN JAZEIX / FRANCE 3

10h28 : Le siège du PS a été vandalisé à Caen (Calvados), dans la soirée du 10 mai. Selon France Bleu, quatre personnes ont été arrêtées et ont été placées en garde à vue.

07h10 : Côté grandes lignes, les TGV circulant sur les axes des Pays de la Loire et du Sud-Ouest seront les plus perturbés, avec seulement un train sur deux.

07h10 : "A la prise de service (début du trafic), nous n'avons pas eu de surprises particulières, pas d'alertes particulières. La circulation est conforme aux prévisions", indique la SNCF. En moyenne? La moitié des TER sont en circulation et deux TGV sur trois. En Ile-de-France, trois RER sur quatre circuleront et six Transilien sur dix.