Manifestation contre la loi Travail : 44 personnes placées en garde à vue à Paris

La plupart de ces personnes ont "été interpellées au cours du défilé" contre la loi Travail, a précisé une source judiciaire.

Un militant lance un projectile vers les forces de l\'ordre, lors de la manifestation contre la loi Travail à Paris, le 14 juin 2016.
Un militant lance un projectile vers les forces de l'ordre, lors de la manifestation contre la loi Travail à Paris, le 14 juin 2016. (MICHAEL BUNEL / NURPHOTO / AFP)

Quarante-quatre personnes étaient toujours en garde à vue, mercredi 15 juin, au lendemain des violences survenues en marge de la manifestation contre la loi Travail à Paris. "La plupart ont été interpellées au cours du défilé et une poignée à l'issue du rassemblement", a précisé une source judiciaire.

Lors de la manifestation, plusieurs centaines de personnes encagoulées ont pris à partie des policiers et des gendarmes avec des jets de projectiles. Les casseurs s'en sont également pris à de nombreux commerces et des vitres du ministère des Outre-Mer et de l'hôpital Necker-Enfants malades ont été brisées, dans le 15e arrondissement de la capitale.

Vingt policiers et onze manifestants blessés

Un véhicule de la RATP et deux Autolib' ont en outre été incendiées dans la soirée, après la manifestation qui a rassemblé 75 000 personnes à Paris, selon la préfecture, et un million selon les syndicats. Vingt-neuf policiers et onze manifestants ont été blessés lors des échauffourées.

"On ne peut pas accepter ces violences, a réagi le Premier ministre, Manuel Valls, mercredi matin. Quand on n'est pas capable d'organiser une manifestation, quand on laisse 700 à 800 casseurs au sein de la manifestation et bien, on n'organise pas ce type de manifestations, c'est le bon sens !"