Cet article date de plus de cinq ans.

Loi Travail : les manifestants de l'opération "Nuit Debout" évacués à Paris

La place de la République a été occupée pour la deuxième fois consécutive.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une centaine de personnes ont occupé la place de la République à Paris, vendredi 1er avril, pour le deuxième jour consécutif. L'opération s'inspire des "Indignés" espagnols ou du mouvement "Occupy" américain. (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

Pour la deuxième nuit de suite, les manifestants de l'opération "Nuit Debout" ont occupé la place de la République à Paris. Ils ont été évacués au petit matin par les forces de l'ordre, samedi 2 avril, après avoir réclamé l'abandon de la loi Travail et, plus largement, la refonte du système capitaliste. Le rassemblement de la place de la République n'était "pas autorisé", indique un policier : "80 militants ont été évacués à 5h25, l'évacuation s'est bien passée". Un manifestant interrogé par France Info évoque des "coups de matraque".

> Qui sont les manifestants qui ont passé la "Nuit Debout" contre la loi Travail ?

Un mouvement reconduit pour la troisième journée

De son côté, le collectif Convergence des luttes, qui est à l'origine du rassemblement, assure avoir obtenu l'autorisation préfectorale d'occuper la place pendant trois jours. Le leader du NPA Olivier Besancenot appelle à une "reprise" de la place République jeudi à 14 heures, avec le Droit au logement, qui organise, au côté d'autres associations et syndicats, un rassemblement contre les expulsions locatives, au lendemain de la fin de la trêve hivernale.

Jeudi, à l'issue de la manifestation parisienne contre la réforme, plusieurs centaines de personnes avaient rallié la place de la République pour prolonger le mouvement, "résister et créer", autour notamment d'une assemblée citoyenne, de débats et de concert.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Loi Travail

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.