Loi Travail : le Parti socialiste doit-il exclure les frondeurs ?

La motion de censure de gauche n'a finalement pas obtenu assez de signatures pour être adoptée. Mais des députés socialistes l'ont soutenue. 

Vue d\'ensemble de l\'Assemblée nationale, le 10 mai 2016. 
Vue d'ensemble de l'Assemblée nationale, le 10 mai 2016.  (MAXPPP)
La loi Travail est adoptée à l'Assemblée. Après le nouveau recours à l'article 49.3 pour faire passer le projet de loi El Khomri, mardi 5 juillet, la gauche de la gauche a tenté de répliquer face à Manuel Valls avec une motion de censure. Mais elle a échoué à rassembler les 58 signatures nécessaires. 

Au lendemain d'un nouveau déclenchement express du 49.3 par le Premier ministre pour forcer l'adoption de ce texte contesté depuis quatre mois, Front de Gauche et écologistes contestataires ont tenté de rallier à eux des députés socialistes critiques de la ligne gouvernementale. 

Une motion avait peu de chance d'aboutir car le PS menaçait de "sanctions" et d'une éventuelle "exclusion" les signataires, à quelques mois d'une primaire pour la présidentielle et des législatives. 

Fin mai déjà, le défi avait tourné court, à deux signatures près, après un premier recours au 49.3 sur le projet de loi El Khomri : 28 socialistes ou apparentés, dont les ex-ministres Benoît Hamon et Aurélie Filippetti, 10 écologistes, 13 élus Front de Gauche et ultra-marins, un radical de gauche et quatre non inscrits avaient alors approuvé la motion.

Votez, commentez, réagissez sur le site.

Loi Travail : le Parti socialiste doit-il exclure les frondeurs ?
Partager ce sondage :
Toutes les questionsEn partenariat avecfranceinfo