Cet article date de plus de cinq ans.

Les 4 Vérités : pour François Asselin, la loi El Khomri reste "relativement light"

Publié
Durée de la vidéo : 8 min.
Les 4 Vérités : pour François Asselin, la loi El Khomri reste "relativement light"
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Le président de la Confédération générale des PME réagit, dans les 4 Vérités de France 2, aux débats sur la réforme du Code du travail.

La réforme du Code du travail anime l'arène politique ces derniers jours. A gauche, le texte de Myriam El Khomri divise. Mais François Asselin, président de la Confédération générale des PME, ne voit pas cette réforme d'un mauvais oeil, au contraire. Sur le plateau des 4 Vérités, il confie que cette loi pourrait être un atout dans la lutte contre le chômage. "Lorsqu'on regarde sur le fond le texte proposé par madame El Khomri et les réformes qu'ont fait d'autres pays européens sur leur marché du travail, franchement, c'est resté relativement light", déclare-t-il.

"Nous sommes dans un pays où les résistances aux changements sont incroyablement pugnaces, alors qu'il faut arriver à déverrouiller le marché de l'emploi", ajoute le représentant des entrepreneurs. Selon lui, le texte ne précarise pas l'emploi salarié : "Ne pas trouver d'emploi, c'est ça qui est vraiment précaire. C'est contre ça qu'il faut lutter".

"Du temps" pour le retour de la compétitivité

De la réforme, François Asselin retient deux volets. Le premier concerne la modification du recours aux prud'hommes, laquelle doit sécuriser davantage l'avenir des entreprises. Le second porte sur les accords entre salariés et chefs d'entreprise. Il regrette que cette mesure ne puisse s'appliquer aux PME sans présence syndicale, soit "95% des entreprises". Le chômage touche toujours beaucoup de Français. Récemment, Manuel Valls disait que les patrons n'ont pas joué le jeu. Mais François Assselin appelle à la patience et au retour de la compétitivité pour que les effets du pacte de responsabilité soient concrets. "Ça mettra du temps", conclut-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.