Le congé solidaire : tour d'horizon

Créé en 1999 par l'association éponyme (rebaptisée depuis 2004 Planète Urgence), le congé solidaire permet à des salariés qui le désirent de s'engager, pendant leur temps libre, dans une mission humanitaire concrète.

L'objectif d'un congé solidaire est de soutenir des actions de développement techniques, pédagogique ou matérielles, dans des pays du Tiers-Monde ou en France. Des opérations placées sous la responsabilité d'organisations non gouvernementales (ONG) locales partenaires de l'association Planète Urgence, d'écoles, d'administrations ou de groupements de villageois.

Les missions

Leur durée varie entre 15 jours à 2 mois, en fonction de la destination, du type de projet et meme du futur métier que l'on veut faire. Le choix de ces destinations ne dépendent pas de votre cv. Elles s'articulent autour de quatre axes : former des adultes (en informatique, comptabilité, gestion, couture...), animer des ateliers socio-éducatifs, culturels ou sportifs en faveur des jeunes (lecture, photographie, danse...), aider à la création de micro-structures (appui technique, suivi administratif...), soutenir les associations de migrants en France (formation des jeunes...). Chaque salarié volontaire peut choisir sa mission en fonction de ses préférences personnelles et professionnelles.

Les destinations

Les missions sont effectuées essentiellement sur le continent africain et au Moyen-Orient : Mali, Djibouti, Liban. Mais l'association "Congé Solidaire" est en train d'étendre son champ d'action par le biais de partenaires nouveaux sur les pays suivants : Niger, Sénégal, Burkina-Faso, Guinée, Congo, Tibet, Honduras, Pérou... Dans chacun d'entre eux, un représentant de "Congé Solidaire" s'assure du suivi des projets, de l'accueil (visite du lieu de vie, rencontre avec les bénéficiaires...) et de l'encadrement permanent des volontaires.

Le financement

Le congé solidaire peut être financé, en partie ou en totalité, par l'entreprise, par une fondation, par le comité d'entreprise ou encore par la formation professionnelle (sous couvert de participer à des modules de formation organisés par "Congé Solidaire"). Pour une mission de 15 jours, comptez entre 2 600 et 3 000 euros, transports compris, et hors frais de vaccination. Si vous ne pouvez pas financer votre projet, il reste tout de même une solution : adhérer à l'association (1 500 euros minimum). Vous devenez de ce fait etre un de ses membres d'honneur et pourrez tout de même partir sur le terrain.

Les conditions au départ

Pas la peine d'être un professionnel de l'aide humanitaire (médecin, spécialiste de l'hydraulique...) pour participer à une mission. Par contre, il faut nécessairement être adaptable, ouvert et motivé. Des qualités appréciées par  l'association à qui vous devrez envoyer votre candidature. Autre condition : trouver le financement de la mission (voir plus haut). Une fois le budget bouclé, chaque volontaire suit une formation de trois jours sur les aspects liés à l'humanitaire (culture, éducation au développement...) et sur le projet de mission qui lui a été confié.

Les avantages

Les salariés voient dans le congé solidaire une occasion de mettre leurs talents personnels et professionnels au service d'une cause humanitaire, aussi petite soit elle. Cet "engagement citoyen" leur permet de remplir utilement leur congé. Ceci vous permettra également de parfaire votre cv pour le grand bonheur de votre employeur. Du côté des entreprises, ces actions renforcent leur image, permettent d'exprimer leur citoyenneté, favorise la cohésion de leur personnel autour d'un ou plusieurs projets fédérateurs, porteurs de sens. Certaines utilisent aussi le congé solidaire pour donner à leurs salariés le sentiment de s'enrichir sur le plan personnel et du coup, obtenir un maximum de productivité.

Rédigé par Corinne DillensegerPublié le 12/05/2006