Cet article date de plus de huit ans.

L'homophobie perdure dans l'entreprise

Malgré la loi, les comportements homophobes persistent dans les entreprises en 2010 où les salariés hésitent encore à révéler leur orientation sexuelle, selon une enquête conduite par L'Autre Cercle.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

Est-il encore difficile d'être homosexuel au travail en 2010 malgré la loi ?

Oui, si l'on en croit une enquête réalisée par l'association L'Autre Cercle, association nationale qui lutte contre les discriminations au travail liées à l'orientation sexuelle et l'identité de genre, sur "la vie des LGBT (Lesbienne-Gay-Bi-Trans) au travail". Quatre ans après une première enquête réalisée sur le même sujet en 2006, "peu de choses ont évolué, malgré l'existence de Charte, Label, Norme et politiques diversité".

Des comportements homophobes... non sanctionnés

Près d'un salarié homosexuel sur 5 considère que le climat dans son entreprise lui est hostile. Ainsi, 26% ont constaté des comportements homophobes. Dans la moitié des cas parce qu'ils en ont été témoins, et dans un tiers des cas victimes. Et ces comportements (moqueries, plaisanteries, manque de respect, délation, propagation de rumeur, voire harcèlement) n'ont eu aucune conséquences pour leur auteur (93%). Pire, dans 7% des cas l'entreprise a réagi en donnant tort à la victime.

Visibilité de l'homophobie dans l'entreprise

Ce climat explique sans doute pourquoi 67% des homosexuels choisissent encore aujourd'hui de ne pas dévoiler leur identité sexuelle dans l'entreprise, par crainte de conséquences négatives sur leurs carrières et leurs conditions de vies (ce chiffre atteignait 74% en 2006). Et si certains salariés choisissent d'être visibles, c'est par militantisme (32%), mais aussi par crainte que l'on en parle à leur place (21%).

Politique de l'entreprise

"L'entreprise communique peu sur le sujet ". Si dans 27% des entreprises, il existe une charte ou un document sur la politique diversité en interne (contre 23% en 2006), l'orientation sexuelle n'y est que rarement mentionnée. Seules 13% le font, contre 8,4% en 2006. D'ailleurs 47% des entreprises ne possèdent encore aujourd'hui aucune charte ou document spécifique sur la diversité. Et un responsable officiellement en charge des questions de diversités et de discrimination n'est présent que dans 18% des entreprises.

Rédigé par Eléonore BarriotPublié le 18/02/2011

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Loi Travail

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.