Feuille de route du gouvernement : six réformes en 18 mois

Le gouvernement a dévoilé ce mardi 6 juin sa feuille de route pour les 18 premiers mois du quinquennat. Six réformes en un an et demi sont au programme : du Code du travail à l'apprentissage.

Cette vidéo n'est plus disponible
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Une longue feuille de route avec pas moins de six grandes réformes. Le gouvernement d'Emmanuel Macron veut rénover le modèle social français en seulement 18 mois. "C'est à la fois indispensable et urgent", a assuré Édouard Philippe, Premier ministre. Dès cet été, le chantier du Code du travail débutera. Des ordonnances pour développer les accords d'entreprise, instaurer un barème aux prud'hommes et revoir les règles du licenciement. Des sujets qui seront discutés tout l'été.

Grande réforme des retraites

Une cinquantaine de réunions sont prévues avec les partenaires sociaux qui sont aujourd'hui satisfaits de la méthode. "Pour l'instant, c'est une vraie concertation. Vous savez en trois mois, avec beaucoup de réunions, on peut faire beaucoup de choses donc maintenant on va discuter sur le fond du dossier et on verra comment ça tourne", assure Jean-Claude Mailly, secrétaire général FO (Force Ouvrière). Discussions aussi dès la rentrée prochaine pour réformer la formation professionnelle avec plus de moyens annoncés. Plus de pouvoir d'achat a également été promis aux salariés dès janvier 2018 avec moins de cotisations sur les fiches de paye en échange d'une hausse de la CSG (Contribution Sociale Généralisée). 2018, année pendant laquelle le gouvernement veut développer massivement l'apprentissage et engager la grande réforme des retraites : fusionner tous les systèmes actuels en un seul régime.

Le JT
Les autres sujets du JT
Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, et Emmanuel Macron, le président de la République, le 23 mai 2017 à l\'Élysée.
Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, et Emmanuel Macron, le président de la République, le 23 mai 2017 à l'Élysée. (PAUL BARLET / LE PICTORIUM / MAXPPP)