Cet article date de plus de huit ans.

Emploi : les enfants d'immigrés désavantagés

Selon une enquête l'Institut national d'études démographiques (Ined), les descendants d'immigrés ont souvent un risque accru de connaître le chômage, mais aussi d'occuper des emplois moins qualifiés et moins rémunérés que le reste de la population malgré la loi qui condamne l
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.

Intégration, discrimination? Trois fils d'immigrés témoignent (Benoît Zagdoun - France 2 / Francetv info)

Chez les moins de 30 ans, le fait d'être un enfant d'immigré entraîne souvent un risque accru de chômage malgré le droit du travail qui condamne les discriminations, selon l'enquête de l'Ined (Institut national d'études démographiques) réalisée entre septembre 2008 et février 2009 sur un échantillon de 21 000 personnes immigrées et descendantes d'immigrées.

Les enfants d'immigrés algériens très touchés par le chômage

Ce risque d'être au chômage est :

  •  1,8 fois supérieur à celui de la population majoritaire pour les enfants d'immigrés algériens ;
  •  1,6 fois supérieur pour les descendants d'immigrés marocains et tunisiens ;
  •  1,7 fois supérieur pour les enfants d'immigrés d'Afrique subsaharienne ;
  •  1,3 fois supérieur pour les descendants d'immigrés de Turquie.

Ce risque est en revanche inférieur au reste de la population pour les enfants d'immigrés portugais.

Un fort sentiment de discrimination à l'embaucheQuand on interroge les enfants d'immigrés pour savoir s'ils ont eu l'impression, au cours des 5 dernières années, d'avoir essuyé un refus injustifié d'emploi, leurs réponses dénotent clairement un sentiment de discrimination chez :

  •  27% des hommes dont les parents sont nés au Maroc et en Tunisie ;
  •  24% des hommes dont les parents sont nés en Afrique subsaharienne ;
  •  21% des hommes dont les parents sont nés en Algérie ;
  •  7% des hommes dont les parents sont nés en Turquie.

La couleur de peau et l'origine comme facteurs de discrimination

Parmi les motifs perçus de discrimination que déclare la population d'origine immigrée figurent :

  •  la couleur de peau pour les "minorités visibles" (personnes originaires d'Afrique subsaharienne et des DOM) ;
  •  l'origine pour les immigrés provenant du Maghreb, d'Asie du Sud-Est et de Turquie.

Les enfants d'immigrés sont d'abord ouvriers

Concernant les emplois occupés par les enfants d'immigrés, ils sont, à 43%, des postes d'ouvriers pour les hommes (contre 34%  pour les hommes de la population française en général). Pour les filles issues de l'immigration, les emplois sont d'abord des postes d'employés (55%).Fait notable, "les descendants d'immigrés sont moins souvent cadres (12% en moyenne) que les hommes de la population majoritaire (17%)". Avec cette particularité : "Les descendants d'immigrés d'origine asiatique sont très nombreux à être cadres alors que leurs pères font partie des courants migratoires plus récents".

De curieux écarts de salaire au détriment des immigrés

Enfin, tout en se montrant prudente sur le sujet, l'enquête de l'Ined met en évidence, à emploi comparable, "un différentiel non expliqué de salaire entre les hommes immigrés d'Algérie et les hommes de la population majoritaire".Ce quotidien d'information en ligne des Éditions Législatives est destiné aux professionnels de la fonction ressources humaines. Il traite de l'actualité juridique et sociale RH et des dernières évolutions en matière de stratégie et management RH. Pour tester : ActuEL-RH.fr

Rédigé par Bernard DomerguePublié le 05/11/2010

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Loi Travail

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.