Emploi : l'enseigne Pimkie lance une procédure de rupture conventionnelle collective

Pour supprimer des emplois, la chaîne de magasins Pimkie va utiliser la nouvelle procédure de rupture conventionnelle collective prévue dans les ordonnances. En duplex depuis le siège du groupe à Villeneuve-d'Ascq (Nord), la journaliste Anaïs Hanquet fait le point sur la situation.

FRANCE 3

"L'émotion est très forte, ici, au siège de Pimkie, à Villeneuve-d'Ascq (Nord). Nous avons vu des salariés sortir en larmes, d'autres se serrer dans les bras", explique la journaliste Anaïs Hanquet en direct depuis le siège de l'enseigne. "Aucun d'entre eux ne s'attendait à de tels chiffres : 208 postes supprimés, dont plus de 160 rien qu'en France. 37 magasins devraient fermer leurs portes. Des suppressions de postes permises par la rupture conventionnelle collective ; une première en France".

Les syndicats dénoncent "un plan social déguisé"

La journaliste évoque "une nouvelle procédure qui sera mise en place seulement si les syndicats donnent un accord majoritaire". Elle poursuit : "Pour le moment, ce n'est pas le cas. Ils sont bien décidés à se battre contre. Pour eux, il s'agit d'un plan social déguisé. Ils savent également qu'ils sont très observés et que la décision qui sera prise ici fera jurisprudence en France. Les négociations s'annoncent donc très compliquées. Elles devraient commercer dès demain et dureront pendant plus d'un mois", conclut-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège social de Pimkie à Villeneuve-d\'Ascq (Nord), le 8 janvier 2018.
Le siège social de Pimkie à Villeneuve-d'Ascq (Nord), le 8 janvier 2018. (DENIS CHARLET / AFP)