Six mois de prison avec sursis requis contre le policier qui avait frappé un lycéen

Le procès du fonctionnaire de police qui a fracturé le nez d'un jeune de 15 ans, en marge des manifestations contre la loi Travail au printemps, se tient jeudi après-midi au tribunal correctionnel de Paris.

Ce qu'il faut savoir

Un gardien de la paix de 26 ans est jugé, jeudi 10 novembre, au tribunal correctionnel de Paris. Il comparaît pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique", des faits passibles de trois ans de prison. Son procès, initialement prévu le 14 octobre, avait été reporté. En fin d'après-midi, le procureur de la République a requis six mois de prison avec sursis à son encontre.

"Lève-toi ! Lève-toi !" Les faits qui lui sont reprochés se sont déroulés le 24 mars près du lycée Henri-Bergson, dans le 19e arrondissement de Paris. Ce jour-là, en pleine vague de manifestations contre la loi Travail, un lycéen de 15 ans est pris à partie par le policier. "Lève-toi ! Lève-toi !", lui lance le gardien de la paix, avant de lui asséner un violent coup de poing au visage. L'adolescent se retrouve au sol, le nez fracturé.

La scène a été filmée. Les poursuites pour violences policières ont été rendues possibles grâce à une vidéo tournée par un témoin à l'aide d'un téléphone portable, et aussitôt diffusée sur les réseaux sociaux. "Ces images sont choquantes et m'ont choqué car elles ne correspondent pas à l'image que l'immense majorité des policiers de France se font de leur mission", avait réagi à l’époque le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. 

"J'aimerais comprendre pourquoi il a fait ça." Quelques heures avant le début de l’audience, le lycéen a accepté de se confier en exclusivité à franceinfo. Il se dit encore "traumatisé". L'adolescent n’attend "pas grand-chose" de ce procès, seulement de "comprendre pourquoi [le policier] a fait ça". "Après, je passerai à autre chose", dit-il. Son père Guy a du mal à reconnaître son fils. "Il a changé complètement, il a le regard figé parfois. Quand on lui demande, il nous dit que ça va. Mais nous, on voit que ça ne va pas. On a peur qu’il se passe quelque chose après."

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BERGSON

22h01 : Six mois de prison avec sursis ont été requis jeudi contre le gardien de la paix accusé d'avoir fracturé le nez d'un jeune de 15 ans, en marge des manifestations contre la loi Travail au printemps. La décision a été mise en délibéré le 23 novembre. Récit de l'audience avec notre journaliste Raphaël Godet.




CR12C / YOUTUBE

18h51 : Un policier est jugé pour avoir frappé un lycéen en mars dernier à Paris. Le procureur a requis six mois de prison avec sursis. La décision est mise en délibéré au 23 novembre à 9 heures, indique notre journaliste présent à l'audience.

18h34 : Un policier est jugé pour avoir frappé un lycéen en mars dernier à Paris. Son avocat a pris la parole. Retournons à l'audience, à laquelle assiste notre journaliste.

18h03 : ix mois avec sursis sont requis contre un policier qui comparaît pour des violences sur un élève du lycée Bergson à Paris.

17h26 : Avant le début des plaidoiries, le policier poursuivi pour avoir frappé un élève aux abords du lycée Bergson, à Paris, exprime des "regrets".

16h53 : La vidéo avait été très partagée et commentée. Le 24 mars, un policier a été filmé en train de frapper un lycéen à Paris, en marge des manifestations contre la loi Travail. Lors de son procès, qui se déroule en ce moment, les images ont été rediffusées et le policier s'est ensuite exprimé.

15h54 : Après le policier, c'est au tour du lycéen qui a reçu les coups de s'exprimer devant le tribunal correctionnel de Paris. Notre journaliste Raphaël Godet suit l'audience.

15h12 : Retour au palais de justice de Paris, où le procès d'un policier poursuivi pour avoir frappé un élève aux abords du lycée Bergson, le 24 mars, se poursuit. Le prévenu s'exprime et donne sa version des faits.

14h50 : Un peu de retard, mais ça y est, le procès du policier jugé pour violences sur un lycéen du lycée Bergson, à Paris, vient de commencer. Les journalistes ont eu du mal à entrer dans la salle, mais Raphaël Godet pour franceinfo vient d'y parvenir.

14h07 : Les journalistes peinent à entrer dans la salle d'audience pour suivre le procès du policier qui a frappé un lycéen, selon une journaliste de L'Humanité sur place.

13h39 : Le procès d'un policier poursuivi pour avoir frappé un élève aux abords du lycée Bergson, à Paris, le 24 mars, va bientôt commencer.

13h12 : A 13 heures passées, on fait aussi le point sur les contenus que vous plébiscitez actuellement :

Le témoignage du lycéen frappé par un policier à Paris en mars, en marge de la manifestation contre la loi Travail, recueilli par Raphaël Godet.

L'article de Margaux Duguet, qui liste les craintes qui accompagnent l'élection de Donald Trump.

Celui de Robin Prudent, qui regroupe sept chiffres surprenants sur l'élection américaine.