DIRECT. Réforme du Code du travail : revivez l'interview de Myriam El Khomri sur France 2

La ministre s'exprime sur son projet de loi, deux jours après son accident domestique qui l'avait conduit à annuler une première interview.

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, le 29 février 2016 au ministère du Travail à Paris.
La ministre du Travail, Myriam El Khomri, le 29 février 2016 au ministère du Travail à Paris. (JOEL SAGET / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Myriam El Khomri est l'invitée, jeudi 3 mars, des "4 Vérités" sur France 2 pour parler de la réforme du Code du travail. La ministre du Travail avait dû annuler une première interview, prévue mardi, en raison d'un accident domestique. Jeudi, elle doit recevoir les différents responsables syndicaux, qui se réunissent en parallèle en intersyndicale.

Malaise. Myriam El Khomri a repris le travail, mercredi, après son hospitalisation de la veille. Elle a assuré être "debout, motivée, déterminée" à défendre son texte.

Report. Lundi, Manuel Valls a annoncé le report de la présentation en Conseil des ministres du projet. A en croire Les Echos, Matignon serait prêt à "discuter des curseurs" sur le plafonnement des indemnités prud'homales et les licenciements économiques.

Vives contestations. Une soixantaine de rassemblements sont prévus partout en France, le 9 mars, et la pétition contre la réforme approche du million de signatures. Jeudi, à 13h, une intersyndicale doit se réunir sur la question d'un éventuelle mobilisation/

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #TRAVAIL

23h59 : Le front syndical se fissure. Sept syndicats appellent à la grève et la manifestation le 31 mars prochain pour condamner les propositions de Myriam El Khomri pour la réforme du Code du travail. En revanche, d'autres organisations, dont la CFDT, la CFTC et l'Unsa, ne participent à aucun ralliement, préférant la discussion. Retour sur deux stratégies qui s'opposent.


Loi El Khomri : les syndicats divisés

21h19 : Jour après jour, la pétition contre la loi El-Khomri bat des records de signatures. Mais comment être sûr qu'il y a autant de signatures que de signataires ? L'œil du 20h a pétitionné pour le vérifier.


L'Oeil du 20h : pétitions en ligne (FRANCE 2)

21h03 : Le texte continue de diviser. Selon un sondage Elabe, près d'un Français sur deux (48%) pense que le gouvernement doit modifier de façon significative le projet de loi sur la réforme du Code du travail et un sur trois (33%) qu'il doit retirer intégralement ce texte. Retrouvez le détail de cette étude dans notre article.

20h02 : La pétition contre le projet de réforme du droit du travail a été signée par plus de 900 000 personnes en deux semaines. Des signataires nous ont expliqué pourquoi ils ont apporté leur soutien à cette initiative. Voici leurs témoignages.

La page de la pétition contre le projet de réforme du droit du travail sur le site Change.org, photographiée le 1er mars 2016.

(JOEL SAGET / AFP)

19h02 : Bonsoir . Il est question de deux journées de mobilisation différentes contre le même projet de loi. Sept syndicats, dont la CGT, FO et Solidaires, ont en effet appelé à manifester et à faire grève le 31 mars, pour protester contre le projet de loi El Khomri. Par ailleurs, les appels à manifester le 9 mars sont maintenus.

19h02 : Je comprends plus... Ce n'était pas le 9 mars l'appel des syndicats à la grève ? Maintenant on parle du 31 mars.

17h45 : Ces organisations syndicales soutiennent par ailleurs "les mobilisations annoncées le 9 mars", qui "constituent un rendez-vous important qu'il convient de réussir".

17h44 : "Le 31 mars ,les salarié-es, les privé-es d'emplois, les jeunes, les retraité-es ont toutes les raisons de se mobiliser ensemble, par toutes les formes, y compris par la grève et les manifestations sur tout le territoire", déclarent la CGT, FO, la FSU, Solidaires, l'UNEF, l'UNL et la FIDL dans un communiqué.

17h38 : Sept syndicats dont la CGT, FO et Solidaires appellent à la grève et à la manifestation le 31 mars contre le projet de réforme du droit du travail.

14h08 : Pendant ce temps, les syndicats CGT, FO, SNJ et SUD appellent à la grève le 9 mars à Radio France, pour exiger le retrait du projet de loi sur la réforme du travail.

13h55 : Dans ce texte, les organisations syndicales réclament notamment le retrait de la barémisation des indemnités prud'homales.

13h54 : @anonyme Cinq syndicats ont publié un texte commun qui liste des "contre-propositions" et "fixe des lignes rouges" au projet de loi sur la réforme du travail. On notera que ni la CGT, ni FO ne sont signataires de ce texte paraphé par la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, l'UNSA et la FAGE.

13h52 : Avez vous des informations sur la réunion des syndicats ?

11h58 : "Ce que j'ai ressenti, c'est que, clairement, il y a des choses qui vont bouger. Par contre, je n'arrive pas à mettre le curseur."

Selon lui, le gouvernement est prêt à revoir sa copie sur le plafonnement des indemnités prud'homales et sur l'encadrement des licenciements économiques. Il a tenu ces propos après une rencontre avec la ministre du Travail, Myriam El Khomri.

10h32 : La version initiale du texte précise et élargit les conditions dans lesquelles une entreprise peut procéder à des licenciements économiques. Une mesure réclamée de longue date par le patronat. Les syndicats estiment que cela risque d'accroître les licenciements abusifs.

10h25 : i-Télé rapporte que, selon la CFTC, Myriam El Khomri, la ministre du Travail, se dit prête à revenir sur la question des conditions de licenciement économique.

10h20 : Deux réunions intersyndicales sont prévues aujourd'hui. Une première intersyndicale a démarré à 10 heures au siège de l'Unsa à Bagnolet (Seine-Saint-Denis). Une seconde qui doit commencer à 13 heures au siège de la CGT, dans la ville voisine de Montreuil.

09h42 : Pour Christian Estrosi, président Les Républicains de la région Paca, la loi El Khomri "est un bon outil pour faire baisser le chômage". "Je trouve que ce texte de loi, qui reprend un certain nombre de nos propositions, que nous formulons depuis des années (...) avait une certaine forme de courage", dit-il sur France Inter.

08h00 : La ministre du Travail vient de répondre aux questions de France 2 sur la très controversée réforme du Code du travail. Voici son interview.

(FRANCE 2)

09h05 : Invité de France Info, Luc Chatel, député Les Républicains de la Haute-Marne, se dit "clairement favorable à un contrat de travail qui soit plus flexible". Selon lui, "On n'a pas tout essayé contre le chômage".

07h52 : Myriam El Khomri le répète : elle va "bien". La ministre explique avoir été "un peu impressionnée par l'emballement médiatique" autour de son malaise, rappelant que "ce n'est pas un fait politique".



(FRANCE 2)

07h52 : "Le temps de la concertation est nécessaire, le temps du débat, le temps du dialogue. Néanmoins, il faut avancer."

La ministre du Travail estime sur France 2 que la réforme du Code du travail est nécessaire.

07h45 : "Nous souhaitons faire avancer notre pays. L'immobilisme, c'est cela qui menace notre modèle social", déclare la ministre du Travail sur France 2.

07h43 : "C'est absurde que les jeunes aient peur de cette loi."

Myriam El Khomri fait valoir que c'est ce gouvernement qui a encadré les stages.

07h42 : "Il y a eu des questionnements sincères, qui relèvent du débat et il faut y répondre. Et il y a eu de la désinformation sur ce projet de loi", estime sur France 2 la ministre du Travail, Myriam El Khomri.

07h40 : Regardez en direct sur France 2 l'interview de la ministre du Travail Myriam El Khomri.

07h13 : Caroline De Haas, la militante à l'origine de la pétition contre la réforme du Code du travail, critique toujours le gouvernement. Dans son dernier tweet, elle épingle Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

07h13 : Myriam El Khomri est l'invitée des "4 Vérités" sur France 2 à 7h38. A l'origine, la ministre du Travail devait intervenir mardi mais elle avait annulé au dernier moment à cause d'un accident domestique.

07h22 : Il y a quelques semaines encore, Myriam El Khomri était méconnue du grand public. La ministre du Travail se retrouve aujourd'hui au cœur de la tourmente à cause du projet de réforme du Code du travail qu'elle porte. Voici le portrait de cette femme politique de 38 ans seulement à l'ascension fulgurante.




(THOMAS SAMSON / AFP)