4 Vérités - Hamon : supprimer l'université d'été du PS est "sage", mais "prive le parti de rentrée politique"

Benoît Hamon est l'invité d'Alix Bouilhaguet sur le plateau des 4 Vérités de France 2 ce mardi 5 juillet.

France 2

Le projet de loi Travail est examiné par l'Assemblée nationale ce mardi. Il a été amendé par le gouvernement pour séduire les députés socialistes frondeurs comme Benoît Hamon. "Il y a une dernière proposition sur la table à l'initiative de la moitié des députés socialistes, dont moi-même. C'est le retrait de la baisse de la rémunération des heures supplémentaires. Je la trouve très intéressante. On n'est plus dans un dialogue de sourds entre gouvernement et frondeurs, mais dans une volonté de construire un compromis. Si on pouvait avancer sur ce point, ce serait une bonne nouvelle. Je crois même que les syndicats comme la CGT et FO verraient très positivement cette avancée", estime Benoît Hamon.

Le recours au 49.3 serait "un terrible échec". "Passer en force contre une majorité des Français, contre une majorité des électeurs de gauche, contre une majorité du Parlement, c'est un échec cruel". Le député des Yvelines "souhaite que le gouvernement n'en vienne pas à passer à nouveau en force" et n'exclut pas une motion de censure éventuelle.

Hamon veut des "primaires très ouvertes"

Transformer l'université d'été du PS prévue à Nantes en plusieurs petites réunions est "sage parce que les risques de violence étaient réels, mais cela veut dire qu'il n'y aura pas de rentrée politique du PS", regrette Benoît Hamon.

"On veut des primaires de la gauche citoyennes et pas réservées à quelques militants triés sur le volet", assure-t-il. Et de préciser : "S'il y a des primaires, ce seront des élections très ouvertes et les électeurs de gauche choisiront celui ou celle qui sera le mieux à même de les représenter et de figurer au second tour de l'élection présidentielle. Et à ce jour, aucun nom testé dans les sondages n'arrive au second tour".