Cet article date de plus de huit ans.

Merci pour tout !

La ?crise? : un mot à la mode mais qu'en est-il dans les faits ? Sylvain, fraîchement diplômé de son école d'ingénieur, s'engage sur un sujet encore brûlant.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

?? Nous n'avons rien à vous reprocher mais vous êtes licencié : vous savez, c'est la crise !??Des vacances à Ibiza ? Ah non, pas pour moi ! C'est la crise !?

 

Crise de l'emploi : ?En entrant dans une grande école, je pensais m'offrir une place en or?, nous avoue Sylvain. Force est de constater qu'aucune place ne lui était réservée à la sortie. Même les meilleurs étudiants doivent se démener pour obtenir un entretien et se vendre face à un employeur toujours sceptique. ?Je me sentais dans le remake de mauvais goût d'un casting pour artistes ratés?. De rendez-vous en rendez-vous, le costume-cravate bien en place, le Jeune n'a plus le droit à l'erreur.

Crise des conditions de travail : au bout de quatre mois, Sylvain décroche un CDI qui lui plaît? Mais le mirage s'estompe rapidement. ?Le salaire ne correspond en rien à ce que l'on nous promettait à école?. Les heures passées au bureau ne se comptent pas : ?un soir sur trois, quand je m'apprête à prendre ma veste, mon patron me rappelle à l'ordre, telle maquette à finir pour le lendemain, telle chose urgente à ne pas oublier?. Et c'est parti? pour jouer les prlongations pendant une, deux, trois heures de plus. Attention, Sylvain sait qu'il pourrait avoir moins de chance : les emplois intérimaires et autres contrats courts visent les jeunes et rémunèrent parfois leurs compétences par un salaire peu crédible.

Crise de nerfs : ?Quand tu sors du boulot, la fatigue se lit sur ton visage et dès que tu poses les yeux sur une affiche, tu vois que la crise est partout?. Sylvain évoque l'exemple d'une publicité qui l'interpellait récemment : ?Promotions Spéciale Crise : un volet acheté, le deuxième offert !?. Oyé ! Oyé ! Le tchin-tchin système débarque sur tous les marchés : deux paires de lunettes pour une seule achetée ! Ainsi, soit on n'a rien, soit on a deux fois le même produit, c'est tentant, mais si l'on n'a déjà pas les moyens d'acheter un exemplaire, on a presque l'impression d'en avoir perdu deux, pense tout fort le jeune ingénieur, la ranc?ur sur le visage.

Eléonore DastuguePublié le 01/06/2009

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Développement personnel

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.