Ce qui change au 1er janvier

De l'augmentation des tarifs du gaz à la revalorisation du Smic en passant par la restriction du prêt à taux zéro, tour d'horizon de ce qui change en ce 1er janvier 2012.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Smic : Il passe à 9,22 euros brut de l'heure, soit 1.398,37 euros brut par mois.

Revenu de Solidarité Active : le RSA est revalorisé de 1,7%. Il passe à 474 euros par mois pour une personne seule sans enfant.

Mutuelles : elles augmentent leurs tarifs de 4,7% à la suite du doublement de la taxe sur les contrats de santé.

Arrêts-maladie : un jour de carence est instauré pour les fonctionnaires. Les indemnités journalières remboursées par l'Assurance maladie baissent pour les salaires supérieurs à 2.450 euros brut.

Gaz : les tarifs augmentent de 4,4% pour les particuliers et les entreprises. Bercy, qui avait décidé de geler les prix, a
été obligé de revoir sa copie sur décision du Conseil d'Etat.

Immobilier : le dispositif Scellier passe de 22% à 13% pour les logements neufs BBC (bâtiment basse consommation). Le prêt à taux zéro ne concerne plus que l'accession à la propriété dans le neuf. Les APL (aides personnelles au logement) sont revalorisées de 1%.

TVA : le taux réduit de la TVA, dont bénéficient la restauration, l'hébergement ou encore les services à la personne, passe de 5,5% à 7%. Les cantines scolaires et les produits de première nécessité ne sont pas concernés par la hausse.

Transports : la SNCF augmente de 3,2% le prix des billets pour les TGV, les trains interrégionaux Téoz et les trains de nuit Lunéa à compter du 3 janvier. En Ile-de-France, les tarifs des transports augmentent de 1,5%.

Boissons : la taxe sur les boissons sucrées, qui doit rapporter 240 millions d'euros à l'Etat, se traduit par deux centimes d'euro de plus par canette. La taxe sur les alcools forts augmente également.

Travailleurs frontaliers  :

les personnes résidant en France et travaillant en Belgique pouvaient jusqu'à présent payer leurs impôts en France. La législation belge change (et l'imposition fiscale est plus lourde en Belgique qu'en France). Pour continuer à bénéficier de ce statut jusqu'en 2033, le travailleur doit pouvoir justifier d'un contrat de travail conclu avant le 31 décembre, ou être au chômage et
justifier de trois mois de travail sous statut frontalier en 2011.