Saint-Pierre-et-Miquelon : archipel recherche pêcheurs

La pêche à la morue fait partie de l’histoire de Saint-Pierre-et-Miquelon. Si l’archipel forme désormais la relève via un tout nouveau CAP Métiers de la mer, la main d’oeuvre manque cruellement en mer.

Entre coquilles Saint-Jacques, homards et flétans, Saint-Pierre-et-Miquelon vit au rythme des marées. L’archipel de 6 000 habitants manque toutefois de main d'œuvre. "En ce moment, je suis coincé depuis une semaine parce qu’il me manque deux marins", déplore Stéphane Poirier, capitaine du Marcel Angie. Elio et Dylan, eux, l’ont décidé : leur avenir se jouera en mer. Ils suivent le CAP Métiers de la mer, tout nouveau à Saint-Pierre-et-Miquelon.

En manque de bras

Dans la baie de Saint-Pierre, les élèves partent en mer sous l'œil des phoques avec Enrique Perez, le commandant du port. Il leur apprend les rudiments du métier, des manœuvres à l’accostage, en passant par le sauvetage. Mais Elio et Dylan font figure d’exception dans l’archipel. "On est obligé de faire venir des marins de Métropole pour naviguer à Saint-Pierre", reconnaît Enrique Perez. La morue, qui a fait la fortune de l’archipel jusqu’au début des années 1990, a été trop pêchée et a fini par disparaître. À l'instar des pêcheurs. Le tout nouveau CAP redonne ainsi de grands espoirs à la corporation. 

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon entame un déconfinement progressif à partir du 27 avril 2020.
L'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon entame un déconfinement progressif à partir du 27 avril 2020. (MAXPPP)