Le Cif, une opportunité d'évoluer

Le FPSPP vient de rendre publique une étude nationale sur les effets du congé individuel de formation (Cif) sur les parcours professionnels. Des effets non négligeables selon l'enquête.

Le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) est un acteur essentiel de la formation depuis deux ans, plus spécialement sur des publics peu qualifiés. Parmi les outils à sa disposition, le Cif, dont il a cherché à mesurer l'efficacité dans une grande enquête nationale portant sur plus de 13 000 personnes (*).

Un outil pour les moins qualifiés

Les personnes qui s'engagent dans une telle démarche visent à développer leur mobilité professionnelle, améliorer leur employabilité, obtenir une reconnaissance par le diplôme ou bien encore bénéficier d'une promotion sociale.Selon l'étude menée par le FPSPP, ces objectifs sont bien atteints. D'une part par le public qui compose majoritairement les bénéficiaires du Cif qui permet de le conforter dans sa fonction d'outil de la seconde chance vers la qualification, la sécurisation des parcours et l'ouverture durable à l'emploi". En effet, le Cif concerne à 80% des ouvriers et des employés. 60% sont de niveau VI, V ou IV. 57% ont plus de 35 ans.

De forts taux de satisfaction

L'objectif est également atteint lorsqu'on se penche sur les débouchés qu'offre le Cif et la satisfaction qu'en retirent les bénéficiaires (**).Qu'il s'agisse de changer d'orientation professionnelle, d'obtenir une reconnaissance par le diplôme ou d'améliorer son employabilité, entre 76 et 79% des bénéficiaires estiment que l'objectif a été atteint. Le résultat est plus mitigé lorsque la personne s'était fixée comme but de bénéficier d'une promotion sociale. Seule une sur deux estime avoir atteint l'objectif qu'elle s'était fixée.Les résultats obtenus confortent le sentiment des bénéficiaires : 72% occupent une fonction en lien avec la formation suivie un an après la fin du Cif, 92% des formations se concluent par un examen : diplôme, titre, certification et le taux de réussite à l'examen final est de 94%.

Sortir de la précarité

Le Cif permet aussi de contribuer à sortir d'une relation de travail précaire. Ainsi, 3 personnes sur 10 ayant bénéficié d'un Cif-CDD ou d'un Cif intérim ont trouvé des offres d'emploi en CDI un an après leur formation. 81% d'entre elles sont en tous les cas en emploi.(*) Avec cette enquête, le FPSPP inaugure la mise en place d'un baromètre annuel.(**) Des résultats nettement plus positifs que ceux obtenus par l'Opca Habitat formation sur un panel certes moins large. Article tiré de Actuel RH

Rédigé par Florence MehrezPublié le 05/07/2011