Cadres fâchés avec l'orthographe : réagissez !

Ils ont un niveau bac+2 ou bac+5, occupent des postes à responsabilités mais malmènent à l'écrit la langue de Molière ! De nombreux cabinets de recrutement et entreprises constatent des lacunes en orthographe chez les cadres.

Les cadres méritent-ils un bonnet d'âne en orthographe ?Bernard Fripiat : "Certaines entreprises se plaignent, en effet, des fautes d'orthographe commises par leurs cadres dans les e-mails mais également dans les propositions commerciales ou dans les différents supports de communication écrite. Toutefois, ce n'est pas le symptôme d'une baisse de niveau mais la conséquence d'un changement dans les pratiques professionnelles. Il y a 25 ans, un cadre ou un directeur dictait les lettres à sa secrétaire, le courrier partait à 16 heures et on avait donc le temps de relire.Depuis la généralisation des outils Internet, les cadres doivent rédiger eux-mêmes et avec rapidité. Chaque jour, ils écrivent plusieurs dizaines d'e-mails et n'ont pas le temps de faire la chasse aux fautes dans leur correspondance. La majorité des salariés se fie, de fait, au correcteur orthographique des logiciels, ce qui n'est pas un bon réflexe.Par exemple, si on écrit "nous serrons là" au lieu de "nous serons là", le correcteur ne soulignera pas de faute car "nous serrons" est la conjugaison du verbe "serrer". La plupart du temps, les cadres commettent des fautes d'inattention plus que des fautes graves mais l'entreprise considère que cela nuit à son image auprès des clients."Pour quelles raisons, faire des fautes d'orthographe est un sujet sensible ?B. F. : "En France, il y a un attachement affectif à l'écrit, c'est le pays des belles lettres. Même les hommes politiques se veulent écrivains. Une personne avouera sans gêne être nulle ou faible en maths mais pas en orthographe. J'ai eu parmi mes stagiaires, un PDG qui a longtemps travaillé avec la même secrétaire. Quand celle-ci est partie à la retraite, il m'a dit ne pas oser demander à sa nouvelle secrétaire des précisions concernant tel ou tel point de grammaire ou de syntaxe, c'est pourquoi il est venu suivre un stage en orthographe.En entreprise, l'orthographe est également devenue un bon moyen de déstabiliser ou harceler un salarié. Un supérieur hiérarchique peut utiliser cette faiblesse pour faire des remarques blessantes sur les compétences d'un de ses collaborateurs du genre "c'est du niveau CM2". Les pratiques d'humiliation peuvent aller jusqu'à publier les fautes d'orthographe sur l'Intranet de l'entreprise."En quoi consiste le coaching en orthographe ?B. F. : "Le stage en orthographe est du niveau BTS de secrétariat. Durant les trois jours de formation, les stagiaires font le tour des fautes typiques en français (participe passé, verbes pronominaux, distinction entre le conditionnel et le futur, adjectifs de couleurs?). L'objectif est de leur apprendre des astuces et des moyens mnémotechniques pour ne plus avoir d'hésitation et procéder à une analyse grammaticale rapide de leurs écrits. Je débute toujours les sessions de stage en rappelant que faire des fautes d'orthographe, ce n'est pas grave et cela se corrige vite !"En savoir plus

  •  99 questions à mon coach d'orthographe

B. Fripiat, Editions Demos16,50 eurosBernard Fripiat a recensé dans ce guide les questions les plus courantes posées par les participants à son stage d'orthographe. Un livre indispensable pour maîtriser toutes les subtilités orthographiques de la langue française !

Rédigé par Nadia GraradjiPublié le 14/01/2011