Cet article date de plus de sept ans.

Mohamed, un CDI grâce à l'alternance

Mohamed, à tout juste 24 ans, a réussit avec brio son insertion professionnelle. Chef de projet web à la FEGAPEI, organisme qui accompagne les associations auprès des personnes handicapées, ce jeune homme ambitieux et créatif a choisit l'alternance au sein du Master Cultures et Métiers du Web.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.

Des études trop théoriques

Rien ne destinait Mohamed aux études longues. Orienté en bac professionnel, il fait de nombreux stages pour finalement changer de cap. Autodidacte dans la réalisation de sites web, il s'imagine bien chef de projet web : "Ce fut un challenge de débuter ma licence en information et communication option multimédia à l'université Paris VIII. Personne ne me donnait gagnant".Mohamed persévère et contre toute attente obtient sa licence avec succès. Mais il ressent un fossé entre sa formation universitaire et le monde du travail : "La théorie m'a enrichi mais ne permettait pas de travailler. Mon déclic s'est effectué au moment de ma recherche de stage pour valider ma licence. Devant la difficulté à trouver une entreprise d'accueil, j'ai pris conscience, peut-être plus tôt que mes camarades, de la nécessité d'avoir plus d'expérience."

De l'alternance pour apprendre à travailler

Direction un master professionnel... mais seulement en alternance ! Malgré son parcours atypique, il est admis dans le Master Cultures et Métiers du Web. Reste le fameux contrat en alternance, sésame à trouver pour les apprentis. Beaucoup de CV envoyés et peu de retours pour ce jeune qui connaît une phase de découragement. "La recherche demande beaucoup d'investissement. J'ai mis environ 2 mois avant de décrocher un poste d'apprenti."La FEGAPEI lui ouvre néanmoins ses portes. Pendant deux ans, Mohamed participe au développement du pôle web : "J'ai appris énormément : la FEGAPEI est un organisme professionnel et organisé. J'ai travaillé sur de beaux projets, c'était très gratifiant. Très vite, j'ai pris les choses en main. Etre là pendant deux ans m'a permis d'avoir des responsabilités de plus en plus importantes."

L'alternance : entre travail et études

Mais pas trop dur de conjuguer études et travail ? "C'est vrai que j'étais considéré comme un salarié à part entière avec des objectifs à atteindre. J'ai eu la chance d'évoluer dans des conditions de travail formidables où la confiance régnait. De plus, ma formation théorique me permettait d'exercer un regard critique sur mon secteur d'activité et d'anticiper les besoins de l'entreprise. Mais le soir m'attendait mon mémoire à rédiger et les cours à réviser en vue des examens. J'étais par moment très fatigué par ce rythme. Je recommande toutefois cette dynamique dont on sort grandi."

L'alternance : la voie royale vers l'emploi ?

Au terme de ces deux ans, la FEGAPEI embauche Mohamed en CDI. A présent cadre, il nous livre son bilan : "l'alternance est vrai tremplin vers l'emploi. C'est sans conteste la période de ma vie où j'ai appris le plus en peu de temps".Fort de son parcours, Mohamed nous livre ses conseils pour trouver une entreprise en alternance : "les jeunes sont souvent attirés par les très grosses sociétés mais sachez qu'une plus petite structure moins hiérarchisée favorisera votre indépendance. Voyez aussi si l'on peut vous proposez un poste à la clef et privilégiez des missions intéressantes à un salaire élevé."Rédigé par Margot Berg et Julie MoreiraPublié le 28/03/2012

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.