Migrants : comment accueille-t-on les familles de réfugiés en France ?

Dans quelles conditions sont accueillies les familles de migrants en France pour se reconstruire ? Reportage avec la famille Shehada, installée depuis un an à Quimper (Finistère).

Voir la vidéo
FRANCE 3

En Grèce, ils avaient été parqués pendant plusieurs mois, après avoir survécu à la Méditerranée à bord d'un radeau. Depuis 2015, la famille Shehada fuit la guerre en Syrie. En 2017, à Athènes, elle a été retenue pour être relocalisée en France. Le Finistère sera leur point de chute, Quimper, plus précisément. Pendant six mois, le centre d'accueil des demandeurs d'asile leur fournit un appartement et 700 € par mois pour vivre à six. L'hiver est long et l'apprentissage de la langue laborieux.

Intégration difficile

Un an plus tard, nous retrouvons la famille Shehada en cours de français. Tous les membres ont désormais le statut de réfugié. Le contrat d'accueil républicain leur octroie 200 heures de français pour chercher un travail. Selon leur formatrice, cela est totalement insuffisant, il en faudrait plus du double. Ali, infirmier diplômé en Syrie, devra financer une formation supplémentaire s'il veut trouver un emploi. Le père dirigeait un cabinet d'architecte en Syrie. Il a aujourd'hui perdu tout espoir.

Après six mois en appartement d'urgence, les Shehada ont droit à un logement social payé par les APL et touchent le RSA, 900 € par mois pour les parents et la fille mineure. Le père de famille souhaite rentrer en Syrie pour reconstruire son pays et sa maison ravagée. Les fils, eux, ont déjà un petit boulot dans une entreprise de bâtiment et ne veulent pas rentrer, de peur d'être enrôlés dans une armée en guerre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un couple de réfugiés syriens.
Un couple de réfugiés syriens. (FRANCE 3)