Le gouvernement envisage de réduire les aides à l'emploi (si le chômage baisse)

"Nous pensons que nous ne sommes pas condamnés à compenser les inégalités par toujours plus de dépense publique", a affirmé le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

Le ministre de l\'Economie, Bruno Le Maire, à Paris, le 9 mai 2018.
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, à Paris, le 9 mai 2018. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Le gouvernement envisage bien de tailler dans les aides sociales à l'emploi. "Je considère qu'à partir du moment où nous réussissons à créer des emplois dans le secteur privé (...) il peut être légitime de réduire la politique sociale sur l'emploi", a affirmé le ministre de l'Economie,  Bruno Le Maire, lors de l'émission "Le Grand Rendez-vous" sur Europe 1, dimanche 20 mai. Il confirme ainsi des pistes de réduction du déficit évoquées par Le Monde quelques jours auparavant.

"Nous pensons que nous ne sommes pas condamnés à compenser les inégalités par toujours plus de dépense publique, c'est-à-dire toujours plus d'impôts au bout du compte pour le contribuable", a-t-il ajouté.

Les APL et les bourses aussi dans le viseur 

Selon Le Monde, Bercy étudie des pistes visant à revoir les critères d'attribution de certaines aides sociales ou à réduire leur montant, dans l'objectif de tenir les engagements budgétaires du gouvernement. Dans ce document, intitulé "Transformer les prestations sociales", la direction du Budget estime que les aides sociales constituent "un poids croissant" pour les finances publiques, de l'ordre de 26% des dépenses.

Dans la note de Bercy, les aides personnelles au logement (APL) pour les étudiants sont aussi jugées "peu ciblées" faute de prendre en compte les ressources réelles des bénéficiaires. Pour les bourses sur critères sociaux, enfin, elle suggère d'"accroître le ciblage" des aides, notamment en renforçant "le contrôle d'assiduité" pour les bénéficiaires, qui pourraient perdre leurs aides s'ils ne vont pas en cours.