Temps de travail, niveau de vie, immigration... Comment la société française a évolué depuis quarante ans

L'Insee brosse un "portrait social" de la France basé sur une série de statistiques concernant la qualité de vie, la répartition du travail ou encore l'évolution de l'immigration. 

L\'Insee a publié, le 19 novembre 2019, son rapport annuel \"France, portrait social\". 
L'Insee a publié, le 19 novembre 2019, son rapport annuel "France, portrait social".  (AURORE MESENGE / AFP)

Une étude d'une ampleur impressionnante. L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a dévoilé mardi 19 novembre son rapport annuel "France, portrait social", qui se penche sur l'évolution de la société depuis le milieu des années 1970. 

Ce document de 290 pages se penche sur quarante ans d'évolution de la population française en termes de démographie, de temps de travail, d'inégalités ou encore de niveau de vie. 

Franceinfo a rassemblé cinq données emblématiques de ce rapport. 

Les emplois à temps partiel ont triplé (et concernent majoritairement les femmes) 

Depuis le milieu des années 1970, la part du temps partiel au sein du salariat a triplé. En 1975, 6,6% des salariés en France métropolitaine (hors apprentis) occupaient un emploi à temps partiel. En 2018, ils étaient 18,9%, soit 4,4 millions, souligne l'Institut. Le travail à temps partiel touche principalement les femmes, les jeunes, les étrangers et les moins diplômés. 

Une donnée frappe particulièrement : quatre emplois à temps partiel sur cinq sont aujourd'hui occupés par des femmes. Il y a quarante-quatre ans, ces emplois étaient occupés par 14% des femmes ayant un emploi, contre seulement 2% des hommes. En 2018, environ 30% des femmes ayant un emploi sont à temps partiel et l'expliquent par des raisons familiales ou personnelles (garde d'enfants ou d'une personne dépendante, volonté de disposer de temps libre), contre 8% des hommes. 

Chez les hommes à temps partiel, le profil a fortement évolué. En 1975, il s'agissait davantage des cadres, des professions intellectuelles supérieures, des salariés de nationalité française et des plus diplômés (Bac +2 et plus). En 2018, ce sont des ouvriers, des employés, des étrangers et les moins diplômés. L'Insee note une augmentation du temps partiel chez les jeunes (15-24 ans) : 28% de cette population est concernée en 2018, contre 5% en 1975. 

2Le temps de travail baisse... mais les horaires décalés augmentent 

L'augmentation du temps partiel et les réformes successives portant sur le temps de travail ont abouti à diminuer le temps de travail effectif annuel, souligne l'Insee. Entre 1975 et 2018, la durée annuelle effective du travail de l'ensemble des salariés a diminué en France de près de 350 heures, pour atteindre 1 609 heures.

Cette baisse s'est faite en deux étapes. Une première baisse est intervenue entre 1975 et 1983 (-145 heures), accélérée en 1982 par le passage de 40 à 39 heures hebdomadaires et l'octroi de la cinquième semaine de congés payés. Une seconde est arrivée avec le passage aux 35 heures, à partir de 2000 (-210 heures), avant une stabilisation depuis le milieu des années 2000. Le Figaro note que "depuis vingt ans, la durée du temps de travail se stabilise, notamment sous l'effet des mesures d'assouplissement des 35 heures."

Cette réduction de la durée légale du travail à 35 heures a généralisé le recours aux horaires de travail décalés, avec une intensification du travail le dimanche et du travail de nuit. Plus d'un quart des salariés (28 %) déclarent avoir travaillé au moins un dimanche par mois au cours de l'année 2016, contre 12% en 1974. Entre 2000 et 2009, de multiples décrets se sont ainsi succédé, permettant de déroger à la règle du repos dominical, note l'Insee. Et ce dans un premier temps au sein de la fonction publique puis "dans les centres d’appel de renseignement, les dépannages, ensuite les établissements de commerce de détail d’ameublement, et enfin dans les communes et zones touristiques et thermales ainsi que dans certaines grandes agglomérations pour les salariés volontaires."

3Les plus aisés sont les grands gagnants des réformes de 2018 

Dans le chapitre de l'étude consacré à l'évaluation des niveaux de vie des ménages et à la redistribution des richesses, l'Insee dresse un constat lapidaire qui risque de ne pas plaire au gouvernement d'Emmanuel Macron : "Les personnes les plus aisées sont celles qui bénéficient le plus des mesures socio‑fiscales mises en œuvre en 2018, principalement du fait des réformes qui concernent les détenteurs de capital". Le remplacement de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) par l'impôt sur la fortune immobilière (IFI) a ainsi permis aux 350 000 ménages touchés par cette mesure d'augmenter leur revenu disponible de près de 10 000 euros sur l'année en moyenne.

Globalement, les mesures instaurées l'an dernier ont fait progresser de 0,7% en année pleine le niveau de vie de l'ensemble des Français. Les effets sont toutefois assez contrastés selon les profils des ménages. Ainsi, le niveau de vie des 10% les plus modestes n'a progressé que de 0,5% (entre 130 et 230 euros de plus par an en moyenne), quand celui des 10% les plus aisés a crû de 1,2% (près de 800 euros de plus par an en moyenne). Et pour les 5% de Français les plus riches, cet avantage est encore plus frappant (+1 200 euros en moyenne).

Quant aux retraités, qui se sont beaucoup plaints d'être lésés par les réformes du gouvernement d'Edouard Philippe, l'Insee leur donne en partie raison. L'Institut de la statistique note en effet que "la bascule des cotisations sociales vers la CSG favorise les actifs occupés et pénalise les retraités". Pour les actifs occupés, elle génère un supplément de revenu de 80 euros en moyenne par an mais donne lieu à une "forte baisse du niveau de vie au sein des ménages dont la personne de référence est retraitée (perte moyenne de 260 euros)", indique le rapport. 

4Les Français sont plus pessimistes sur l'évolution de leur niveau de vie 

En quarante ans, le regard que portent les Français sur leur niveau de vie s'est considérablement assombri. En 1979, 46% d'entre eux estimaient
que leur niveau de vie personnel s'était amélioré au cours des dix années précédentes. Ils ne sont plus que 24% à le déclarer en 2019. L'Insee remarque que ce ressenti négatif "coïncide fortement" avec l'état de la croissance économique. Les périodes de recul de la croissance s'accompagnent d'une dégradation du sentiment des Français et vice versa. Mais étonnamment, sur la période récente, "l'amélioration de la situation économique entre 2004 et 2007 n'a pas favorisé le sentiment d'une amélioration du niveau de vie." 

Graphique extrait du \"portrait social\" de la Franc publié par l\'Insee le 20 novembre 2019. 
Graphique extrait du "portrait social" de la Franc publié par l'Insee le 20 novembre 2019.  (INSEE)

A noter que ce jugement est toutefois "beaucoup plus souvent favorable parmi les personnes âgées de moins de 40 ans, parmi celles ayant un diplôme équivalent ou supérieur au baccalauréat et parmi les plus aisées." Sans surprise, ce sentiment de déclassement est donc bien plus présent chez les catégories les moins favorisées. En 2019, 30% des diplômés du supérieur estiment que leur niveau de vie s'est amélioré, contre 13% seulement pour les non‑diplômés. 

Comme en 1979, un peu plus de la moitié des Français déclare s'imposer régulièrement des restrictions sur certaines dépenses. Mais en 2019, "le nombre de privations chez les personnes ayant le sentiment de se restreindre est en augmentation". Il y a quarante ans, seules 3% des personnes interrogées déclaraient limiter leurs dépenses pour les soins médicaux, contre 21% en 2019. De même, 10% estimaient devoir restreindre leur alimentation en 1979, contre 29% en 2019. 

Enfin, les Français sont très pessimites concernant leur état de santé. Les jeunes, plus particulièrement : en 2019, 75% seulement des 18‑24 ans et 73% des 25‑39 ans jugent leur état de santé satisfaisant par rapport aux personnes de leur
âge, soit une baisse de 18 points pour ces deux catégories par rapport à 1979. Les moins de 40 ans se montrent aussi plus inquiets face au risque de maladie grave qu'il y a quarante ans. Mais cette dégradation de l'état de santé ressenti peut s'expliquer par "la transformation de la notion de bonne santé". Elle n'est pas seulement limitée à l'absence de maladie mais à "un état complet de bien‑être physique, mental et social", souligne l'Insee.

5L'immigration a fortement progressé depuis les années 2000

En 2018, 6,4 millions d'immigrés vivaient en France hors Mayotte, soit 9,7% de
la population. Ils représentaient 7,4% de la population en 1975. Après vingt-cinq ans de stabilité, l'immigration s'accroît à nouveau depuis le début des années 2000 et les origines migratoires se sont diversifiées. La proportion des immigrés originaires d'Europe du Sud (Espagne, Italie, Portugal) a fortement diminué, tandis que ceux en provenance d'autres pays d'Europe est restée stable. 

Depuis 2000, les flux migratoires en provenance d'Afrique subsaharienne et de Chine sont en augmentation. Le Mali, le Cameroun, la Côte d'Ivoire et Madagascar sont restés parmi les principaux pays d'immigration d'Afrique subsaharienne sur l'ensemble de la période. Les causes d'émigration dans ces pays sont multiples : "Crise économique et sociale, mauvaise gouvernance, guerres civiles, sécheresse...", énumère, dans L'ExpressMehdi Lahlou, professeur à l'Institut national de statistique et d'économie appliquée (INSEA) à Rabat et spécialiste des migrations.

Alors que l'immigration dans les années 1970 était essentiellement masculine, la part des femmes dans les flux d'immigration est croissante. Enfin, les immigrés arrivés récemment sont de plus en plus diplômés. En 1975, seuls 3% des immigrés étaient titulaires d’un diplôme du supérieur, ils sont 28% en 2018. La part des immigrés peu ou pas diplômés est passée de 88% à 42% en quarante ans.