Dette publique : "Il n’y a pas de problème de soutenabilité", assure Anne-Sophie Alsif

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 8 min.
Dette publique : "Il n’y a pas de problème de soutenabilité", assure Anne-Sophie Alsif
FRANCE 2
Article rédigé par
T. Curtet - France 2
France Télévisions

Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste au Bureau d’informations et de prévisions économiques, était l’invitée des "4 Vérités" de France, mercredi 30 décembre, pour faire le point sur l'impact de la crise sanitaire sur l’activité française.

Alors que 2020 s’achève, dans quel état se trouve l’économie française après deux confinements, instaurés pour lutter contre l’épidémie de coronavirus ? "Cette année, nous serons en récession, et elle sera forte, à hauteur de 10%, avec normalement un rebond en 2021, estimé à 6%", détaille Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste au Bureau d’informations et de prévisions économiques (BIPE), invitée des "4 Vérités" de France, mercredi 30 décembre.

Malgré ce rebond anticipé, l’économiste le confirme toutefois, "le premier confinement a été particulièrement dramatique, avec des conséquences qui s’élèvent à plus de 30% de recul sur l’activité". Les répercussions du second confinement, quant à lui, sont moindres, avec -15%. "Surtout, ce qui est beaucoup plus difficile à évaluer, c’est la confiance des ménages. Après le confinement, nous avons constaté un fort rebond, les Français ont consommé, mais depuis la rentrée, nous sommes dans une alternance de confinement et déconfinement, ce qui affecte la confiance des Français, et donc les capacités de consommation", souligne Anne-Sophie Alsif.

La fin des aides aux ménages et aux entreprises

Dans ce contexte, combien de temps peut durer la crise économique, alors que la plupart des entreprises parviennent à se maintenir à flot grâce aux dispositifs d’aide mis en place par le gouvernement ? "La question se pose, car il n’est pas possible de rester sous perfusion de l’État à moyen ou long terme. 2021 verra la fin d’un certain nombre de mesures d’aide aux ménages et aux entreprises", explique Anne-Sophie Alsif.

Interrogée sur la gestion de la dette publique, creusée par ces mesures de soutien, l’économiste rappelle d'abord que cette dette n’est "pas annulable", mais précise : "Le problème, c’est que nous vivons aujourd’hui en déficit. On a pris 20 points de PIB depuis le début de la crise. L’État français a besoin de lever de l’argent sur les marchés financiers pour continuer à fonctionner. La bonne nouvelle, c’est que les taux d’intérêt sont excessivement bas, donc il n’y a pas de problème de soutenabilité."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.