Des rouleaux de papier toilette jetables font grogner la mairie de Paris

La ville de Paris a interpellé dans un courrier la marque de papier toilette "Lotus" estimant que ses rouleaux "Aqua Tube" engendrent des problèmes sur le réseau d’assainissement.

(Les rouleaux jetables de papier toilette fabriqués par Lotus pose problème à la mairie de Paris. © MaxPPP /)

Le papier toilette de la discorde. Les rouleaux jetables "Aqua Tube" de la marque Lotus ne plaisent pas à la mairie de Paris qui l'a interpellée dans un courrier la marque. L'adjoint au maire, Mao Peninou, a constaté que les rouleaux "Aqua Tube" engendraient des problèmes sur le réseau d'assainissement de la ville. Mais plus que le produit, c’est la publicité qui poserait problème.

 

 

L’élu craint que le message publicitaire n’incite les Parisiens à tout jeter dans les toilettes, et "délivre une autorisation d'introduction d'objets ou de déchets dans les réseaux d'égouts", et "brouille (...) le message sur le recyclage "."Ils doivent prendre conscience que leur communication nous pose problème ." Outre les problèmes d’assainissement, l'adjoint regrette que les rouleaux soient jetés au lieu d’être recyclés.

Mao Peninou, adjoint à l'assainissement de la mairie de Paris, au micro de Valentin Dunate
--'--
--'--
 

Pour Lotus, le produit incite au contraire à recycler, composter ou jeter 

Mais le directeur de la communication de SCA France, la maison-mère de Lotus, Marc Specque, se défend. Pour lui, le produit encourage, au contraire, "le consommateur à recycler, à composter ou à jeter".

Marc Specque, le directeur de la communication de SCA France, la maison-mère de Lotus, au micro de Valentin Dunate
--'--
--'--

« Que le tube soit recyclé, composté ou jeté, l’impact sur l’environnement est identique. Encore une fois, ce n’est pas du carton, c’est la même matière que le papier-toilette, soit l’équivalent de quatre feuilles de papier-toilette . »

La facture de l'assainissement s’élève aujourd’hui à plus de 210 millions d’euros. Elle risque d’augmenter d’année en année, si les deux millions de parisiens commencent à tous jeter leurs tubes de papier toilette.