DIRECT. Valls défend le programme de stabilité devant les députés

Le Premier ministre présente le plan d'économies du gouvernement pour les trois années à venir, avant de le soumettre au vote des députés.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Après le vote de confiance qui avait suivi le discours de politique générale, le 8 avril, Manuel Valls joue gros à nouveau à l'Assemblée nationale, mardi 29 avril. A l'issue des questions au gouvernement, le Premier ministre présente le programme de stabilité du gouvernement pour les trois années à venir, avant de le soumettre au vote des députés. Un vote "qui est tout sauf indicatif, mais décisif", selon les mots de Manuel Valls.

Le bureau national du PS a adopté, lundi soir, une résolution de soutien à ce plan d'économies. Cependant, en dépit de ces concessions (sur les revalorisations des retraites et du RSA) et des rappels à l'ordre, une vingtaine de députés de l'aile gauche pourraient s'abstenir.

S'il a le soutien des radicaux de gauche, Manuel Valls ne pourra pas s'appuyer sur la majorité des écologistes. Ceux-ci oscillent entre l'abstention et un vote contre, ce dernier étant sans surprise le choix du Front de gauche.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #DEFICIT

20h25 :  Manuel Valls s'est à nouveau exprimé à l'Assemblée nationale, après le résultat du vote des députés. Le Premier ministre a salué "un acte fondateur pour la suite du quinquennat".

20h23 : 67 députés se sont abstenus sur le programme de stabilité. Le compte Twitter de l'Assemblée nationale donne les résultats complets.

20h20 :  L'Assemblée nationale s'est prononcée en faveur du programme de stabilité, avec 265 voix pour, 232 voix contre.

20h06 : Pour ou contre ? Les députés ont jusqu'à 20h15 pour donner leur avis sur le programme de stabilité de Manuel Valls. Sur Twitter, ils sont plusieurs à avoir posté la photo de la petite carte avec laquelle ils ont voté.

19h59 : 20 heures, le journal de France 2 vient de commencer. Profitons-en pour faire un point sur l'actualité : 

Manuel Valls attend le verdict de l'Assemblée nationale. Les députés votent, jusqu'à 20h15, sur son programme de stabilité. Le Premier ministre a passé l'après-midi à tenter de convaincre les élus. "J'assume, oui, j'assume, les choix qui sont faits", a-t-il martelé dans l'hémicycle. Revisionnez un extrait de son discours.

 Nouvel assaut des séparatistes : les pro-russes ont pris le contrôle de l'administration régionale de Louhansk, dans l'est de l'Ukraine. Sur le front diplomatique, les tensions sont également vives : Washington qualifie de "terrorisme" les violences commises dans la région, tandis que Moscou dénonce un nouveau "Rideau de fer" après le gel d'avoirs russes et ukrainiens.

L'Autorité des marchés financiers a demandé la reprise de la cotation de l'action Alstom, suspendue depuis vendredi, à la Bourse de Paris. Le géant industriel français doit à nouveau réunir ses administrateurs ce soir, alors que ses activités énergétiques sont convoitées par l'Américain General Electric et l'Allemand Siemens.

Le volet "abus de faiblesse" de l'affaire Bettencourt sera jugé à Bordeaux à partir du 26 janvier 2015. Il devrait durer cinq semaines, annonce une source judiciaire.

19h44 :  Le scrutin est ouvert à l'Assemblée nationale jusqu'à 20h15, annonce Claude Bartolone. Les députés doivent s'exprimer sur le programme de stabilité, défendu cet après-midi par Manuel Valls dans l'hémicycle.

19h38 :  Le programme de stabilité, c'est à la fois le plan d'économies de 50 milliards d'euros et le pacte de responsabilité en faveur des entreprises. Francetv info a pensé à vous et détaille le contenu dans un article.

19h38 :  Le pacte de stabilité voté aujourd'hui concerne le pacte de responsabilité ou les économies budgétaires ou les deux ?

19h38 :  Qu'est-ce que le pacte de stabilité ? C'est le pacte de responsabilité ?

19h28 :  Le vote du programme de stabilité ne devrait plus trop tarder à présent. Plusieurs élus se succèdent à la tribune de l'Assemblée nationale pour les explications de vote : après l'écologiste Barbara Pompili, c'est au tour du député Front de gauche Gaby Charroux de s'exprimer.

19h28 :  A quelle heure est le vote du programme de stabilité ?

19h13 : "C'est le cap du gouvernement et je n'en changerai pas."

 Manuel Valls vient de conclure sa réponse aux députés, avant le vote sur son programme de stabilité. Pour le Premier ministre, les Français sont prêts à accepter les réformes, à condition que celles-ci soient expliquées et "justes".

19h06 :  Manuel Valls répond actuellement aux députés, avant le vote sur le programme de stabilité. Le Premier ministre revient sur les 50 milliards d'euros d'économies prévus et réfute le terme d'"austérité".

18h49 :  Le "J'assume" de Manuel Valls n'a visiblement pas convaincu à l'UMP. Sur Twitter, le député Eric Ciotti dénonce un "artifice de communication", qui "sonne comme un 'je plaide coupable'".

18h26 : "Vous imposez des tickets de rationnement aux Français."

 A la tribune de l'Assemblée nationale, Jean-François Copé a vivement critiqué le plan d'économies du gouvernement. "Vous nous proposez un Etat pompier pyromane", a lancé le président de l'UMP, qui a accusé l'exécutif de serrer "davantage la ceinture des Français".

18h20 : Le Premier ministre l'a répété huit fois. "J'assume", a martelé Manuel Valls face aux députés, pour les convaincre de voter son plan d'économies de 50 milliards d'euros. Si vous avez raté cette anaphore, séance de rattrapage en vidéo.


(images LCP)

18h05 : Que faut-il retenir de l'actualité ? Voici un nouveau point sur l'actu : 

Les pro-russes ont lancé l'assaut contre le bâtiment de l'administration régionale ainsi que sur un commissariat de police dans la ville de Louhansk, dans l'est de l'Ukraine. Sur le front diplomatique, les tensions sont également vives : après le gel d'avoirs russes et ukrainiens, Moscou dénonce un nouveau "Rideau de fer".
   

 Manuel Valls s'est exprimé devant les députés à 16 heures. Sauf énorme surprise, le Premier ministre devrait réussir à faire adopter son plan de 50 milliards d'euros d'économies à l'Assemblée. En quoi consiste-t-il ? Qui va voter pour, qui va voter contre, qui va s'abstenir ?
Un conseil d'administration décisif doit se tenir en fin de journée chez Alstom, dont les activités énergétiques sont convoitées par l'Américain General Electric et l'Allemand Siemens. Le ministre de l'Economie accuse le président du groupe français de lui avoir caché les négociations en cours avec le groupe américain.
 Le volet "abus de faiblesse" de l'affaire Bettencourt sera jugé à Bordeaux à partir du 26 janvier 2015. Il devrait durer cinq semaines, annonce une source judiciaire. 

17h41 : @OlivierMerson  Rendez-vous est pris ce soir, à 21h45, avec les sénateurs. "En application de l’article 50-1 de la Constitution, le gouvernement fera devant le Sénat une déclaration portant sur le projet de programme de stabilité pour 2014-2017", peut-on lire sur le site du palais du Luxembourg.

17h31 :  On ne parle que du vote à l'Assemblée nationale, mais quand est-ce que le Sénat votera le programme de stabilité ?

16h38 :  "La lutte contre la pauvreté demeure notre priorité, la hausse du RSA interviendra bien au 1er septembre 2014."

16h36 : "Le plan d'économies est ni trop faible ni trop dur. Il est juste car il est calibré pour assurer le redressement de notre économie", assure Manuel Valls. Le Premier ministre défend le programme de stabilité devant les députés avant le vote de ce dernier. Un vote "décisif", a-t-il précisé, quand bien même ce dernier n'est que consultatif. 

16h32 :  "Nous devons mettre un terme à ce réflexe de la hausse des impôts. (...) Il nous faut nous engager dans une baisse des prélèvements obligatoires. [Le pacte de responsabilité] doit être un énorme levier de confiance pour aller chercher la croissance et la compétitivité."

16h27 :  "Le pacte de responsabilité ne doit pas être l'occasion d'augmenter les dividendes des actionnaires. Il doit servir l'emploi", assure Manuel Valls aux députés.

16h23 :  Avant le vote, Manuel Valls s'adresse aux députés. Le Premier ministre défend le programme de stabilité. Suivez son intervention en direct.

16h12 : C'est l'heure de faire un nouveau point sur l'actualité :

Les pro-russes ont lancé l'assaut contre le bâtiment de l'administration régionale dans la ville de Louhansk, dans l'est de l'Ukraine. Sur le front diplomatique, les tensions sont également vives : après le gel d'avoirs russes et ukrainiens, Moscou dénonce un nouveau "Rideau de fer".
   

 Manuel Valls passe son grand oral à 16 heures. Sauf énorme surprise, le Premier ministre devrait réussir à faire adopter son plan de 50 milliards d'euros d'économies à l'Assemblée. Qui va voter pour, qui va voter contre, qui va s'abstenir ?
Un conseil d'administration décisif doit se tenir en fin de journée chez Alstom, dont les activités énergétiques sont convoitées par l'Américain General Electric et l'Allemand Siemens. A l'issue d'une réunion avec les organisations syndicales, le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, a déclaré que le gouvernement prendrait "les moyens nécessaires pour défendre les intérêts de l'Etat".

Au moins 45 personnes ont été tuées et 85 blessées ce midi, à Homs, dans un attentat à la voiture piégée puis la chute d'une roquette de fabrication artisanale, indique le gouverneur de la ville.

15h44 :  Avant que ne débute le vote sur le programme de stabilité, je vous rappelle que vous pouvez retrouver ici la séance de questions au gouvernement.

15h42 :  Trois semaines après l'investiture du gouvernement Valls, le débat sur le programme de stabilité du gouvernement s'apparente à un nouveau vote de confiance. Qui va voter quoi ? Francetv info fait le point, parti par parti.

15h06 : A quelques heures du vote, les députés jugent le programme de stabilité de Manuel Valls.

(SOPHIE BRUNN et DAVID FOSSARD - FRANCE 2)

14h45 :  Faisons un petit point sur les intentions de votes des député, à quelques heures de leur vote sur le plan d'économies de 50 milliards présenté par Manuel Valls : 
• Les 30 députés centristes de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) vont majoritairement s'abstenir.

• Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, estime qu'"entre trois et quatre" députés de son parti s'abstiendraient, les autres votant "contre".

• Le président du groupe PS au Sénat, Didier Guillaume, assure que Manuel Valls a "convaincu la quasi-totalité" des sénateurs socialistes sur le programme de stabilité. Toutefois, des députés de l'aile gauche envisage l'abstention, poussant Jean-Christophe Cambadélis à mettre en garde contre une démarche de "sécession".

• La "très grande majorité" des députés écologistes voteront contre le programme de stabilité, annonce à la presse la coprésidente du groupe Barbara Pompili.

14h37 : Le premier secrétaire du PS met en garde contre une démarche de "sécession". Face à la menace de votes négatifs de députés socialistes vis-à-vis du programme de stabilité présenté par Manuel Valls, Jean-Christophe Cambadélis prévient : "Je ne veux pas brandir de menace, mais j'insiste : personne n'a intérêt à s'enfermer dans une posture qui deviendrait une impasse."