Cet article date de plus de sept ans.

Charles de Courson (UDI) : "La ministre oublie une partie de la protection sociale"

Marisol Touraine a annoncé que le déficit de la Sécurité sociale sera de 400 millions d'euros en 2017. Mais "Mme la ministre oublie une partie de la protection sociale", a réagi Charles de Courson, membre de la Commission des Finances de l'Assemblée nationale.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Charles de Courson, en 2014 à l'Assemblée nationale (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

La ministre de la Santé Marisol Touraine annonce vendredi 23 septembre que le déficit de la Sécurité sociale sera de 400 millions d'euros en 2017, contre 3,4 milliards d'euros en 2016 pour le régime général. "En 2017, le trou de la Sécu aura disparu" déclare la ministre dans le journal Les Echos.

"Mme la ministre oublie une partie de la protection sociale", réagit sur franceinfo Charles de Courson, député UDI de la Marne et membre de la Commission des Finances de l'Assemblée nationale.

on est très loin de l'équilibre

Charles de Courson

député UDI

"On oublie les régimes spéciaux de retraite qui coûtent 6,3 milliards dans le budget 2016 et qui vont continuer à augmenter. Elle ne parle pas du FSV, le Fond de Solidarité Vieillesse, qui finance une partie des prestations de solidarité. Ce sont 3,8 milliards de déficit en 2016 et 3,9 milliards en 2017, qu'il faut rajouter. Elle ne parle pas du déficit des hôpitaux qui ne se réduit pas sensiblement. Donc on est très loin de l'équilibre."

Charles de Courson rappelle que le gouvernement s'est engagé dans une série de dépenses nouvelles, "la hausse des consultations des médecins généralistes ou la réévaluation du point de la fonction publique qui touche les hôpitaux." Il reconnait que des efforts ont été faits. "Mais ils restent insuffisants. Les réformes structurelles dont elle parle, notamment sur les retraites, c'est le précédent gouvernement qui a eu le courage de dire, si on veut maintenir des recettes décentes, il faut porter de 60 à 62 ans l'âge de départ à la retraite".

Le député UDI de la Marne affirme qu'il faut "aller plus loin sur la médecine ambulatoire. Il faut continuer à augmenter lentement l'âge de départ à la retraite. Mais il ne faut pas dire que tout va très bien."

Charles de Courson, député UDI de la Marne : "Elle ne parle pas du déficit des hôpitaux qui ne se réduit pas sensiblement. Donc on est très loin de l'équilibre"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.