Cet article date de plus de huit ans.

7,5 millions de retraités taxés à 0,3% dès le 1er avril 2013

L'Assemblée nationale a voté jeudi la création d'une taxe de 0,3%, qui concernera dès le 1er avril 2013 quelque 7,5 millions de retraités imposables. Objectif : amorcer le financement de la réforme de la dépendance lors de l'examen du projet de budget de la Sécu. Dans l'opposition, certains dénoncent une taxe "inique".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Sylvain Muscio Maxppp)

Le gouvernement l'avait d'abord annoncé à 0,15%, pour la
relever ensuite à 0,5%, puis, finalement, 0,3% avec la promesse qu'elle ne
concernerait que 7,5 millions de retraités. Soit 2,5 millions en moins que les
10 millions prévus, pour exclure du dispositif les retraités certes imposables
mais aux revenus modestes.

Cette nouvelle "contribution additionnelle de
solidarité pour l'autonomie
" sera affectée à la Caisse nationale de
solidarité pour l'autonomie
dès 2013 et s'inscrit dans la philosophie de la réforme
de la dépendance
engagée sur le même agenda.

Déjà, les critiques fusent dans les rangs de l'opposition :
tant l'UMP que l'UDI ont dénoncé une atteinte au "pouvoir d'achat des
retraités" auxquels on "fait les poches ", ou encore une mesure
"purement financière" pour une future réforme "floue ".

Rien, donc, pour apaiser le feu nourri des critiques,
largement alimenté par les députés de l'opposition. Le député UMP Arnaud
Robinet a ainsi dénoncé une "taxation inique ", quand son collègue
Guillaume Larrivé a fustigé  un dispositif
"à rebours de la logique " du système de solidarité voulant "que
les actifs payent pour les retraités
". Pour Jean-Pierre Door, qui s'exprimait
sur la réforme de la dépendance en général, le gouvernement mettrait même "la
charrue avant les bœufs
" : c'est "Vous payez et après on
discutera"
, tempêtait-il jeudi.

Beaucoup plus loin dans l'hémicycle, la communiste Jacqueline
Fraysse a exprimé son "important désaccord ", voyant dans cette
mesure "contraire à la justice et à l'esprit de la protection sociale
solidaire
" "un signal très négatif ".

14,7 milliards d'euros de déficit

Alors qu'en 2012, le déficit de la Sécurité sociale se
creusait encore pour atteindre 14,7 milliards d'euros, la Cour des comptes avait
prescrit de durcir la fiscalité pour les retraités
dans un rapport de 600 pages.
La remise en cause de certains avantages fiscaux des plus de 60 ans a toujours
été écartée par les gouvernements précédents. Notamment pour des raisons électorales,
puisque les retraités représentent une réserve de 16,2 millions de voix.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.