Cet article date de plus de sept ans.

Déficit public, l'objectif sera-t-il atteint ? La Cour des comptes s'interroge

La capacité de la France à réduire, comme prévu, son déficit public à 4,1% du PIB fin 2015 est incertaine, a estimé mercredi Didier Migaud, lors de la présentation du rapport annuel de la Cour des comptes. Des risques pèsent selon lui sur les prévisions d'économies et sur les recettes fiscales.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La Cour des comptes s'inquiète de la réduction du déficit public  © RADIOFRANCE/ Catherine Grain)

Avant même que Bruxelles ne s'en mêle - c'est début mars que la Commission européenne doit rendre son verdict sur la politique budgétaire de la France - voici l'avis de la Cour des comptes. On le sait, la France s'est engagée à réduire son déficit public - 4,1% du PIB fin 2015, contre 4,4% estimé pour l'instant à fin 2014 ; loin du seuil des 3%... Et bien, sa capacité à reduire son déficit est incertaine, a estimé ce mercredi Didier Migaud, le président de la Cour des comptes à l'occasion de la publication du rapport annuel de l'institution.

Il faut, selon lui, accentuer l'effort de gestion. "L'effort devrait être plus résolu en faveur d'une gestion plus rigoureuse des finances et des services publics" car, explique-t-il, "la confiance dont jouit notre pays dans les instances politiques, économiques et financières, aux niveaux européen et international, n'est pas infinie : elle est étroitement liée à la crédibilité de sa politique budgétaire" . Et d'enfoncer le clou : même si "les résultats de 2014 devraient s'avérer meilleurs que la prévision de 4,4%, la capacité de la France à tenir ses engagements reste incertaine pour 2015" .

"La capacité de la France à tenir ses engagements en 2015 reste incertaine "

Côté dépenses, "un premier risque pèse sur la réalisation des 21 milliards d'euros d'économies annoncées ", en raison notamment de l'impact de la faible inflation sur les économies prévues liées aux gels de rémunérations et de prestations sociales. Quant aux recettes fiscales, elles devraient être moins importantes que prévu en raison, encore, de l'inflation plus faible qu'attendu. 

"La capacité de la France à tenir ses engagements en 2015 reste incertaine. Le risque est accru compte tenu d’une inflation très faible et qui peut avoir des conséquences sur le niveau des recettes fiscales en 2015 et par rapport à un certain nombre d’économies attendues, " explique Didier Migaud.

Les lois financières pour 2015 prévoient une inflation à 0,9% cette année, alors que la Commission européenne prévoit désormais qu'elle sera nulle, a souligné la Cour.

"Lorsque l’on gère l’argent public il faut toujours être le plus rigoureux possible", déclare Didier Migaud, le président de la Cour des comptes
écouter

**A LIRE AUSSI

►►►Les fonctionnaires Outre-Mer : trop payés

►►► Très Chers transports urbains régionaux

►►► La Cour des comptes s'inquiète de la vétusté des trains Corail**  

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.