Cet article date de plus de six ans.

Pourquoi le FMI relègue la France au 9e rang des puissances économiques mondiales

Le Fonds monétaire international publie un rapport dans lequel la France se classe en queue du Top 5. Ce classement découle d'une méthode de calcul particulière. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Christine Lagarde, directrice du FMI, lors d'un séminaire à Washington le 11 avril 2016. (STEPHEN JAFFE / IMF / AFP)

La Chine, les Etats-Unis, l’Inde, le Japon, l’Allemagne, la Russie, le Brésil et le Royaume-Uni. D'après le FMI, toutes ces puissances économiques se situent au-dessus de la France. C'est en tout cas ce que laisse entendre le rapport annuel intitulé "Perspectives de l'économie mondiale" (PDF, en anglais) d'avril 2016. Entre les lignes de ses tableaux, on peut voir le classement des économies selon leur PIB.

Une méthode peu utilisée par l'institution. "Autant le FMI ne cesse de calculer et de prévoir les taux de croissance annuelle de chacun de ses 188 pays membres, autant l'idée de les ranger entre eux (...) du premier au 188e, le fait hésiter : ce serait bien peu diplomatique !", note Le Figaro (article abonnés). Il en reste que, dans ce classement, la France est mal classée.

Parce que le PIB français pèse peu dans l'économie mondiale

Le classement est réalisé selon le poids de l'économie d'un pays, mesuré par rapport au PIB mondial. La Chine est donc en tête avec ses 17,1% du PIB mondial. "La Chine est en train de vivre une transition capitale mais complexe vers une croissance plus durable basée sur la consommation et les services", note le rapport du FMI. Suivent les Etats-Unis avec 15,8% du PIB mondial. Arrivent ensuite l'Inde à 7%, le Japon à 4,3%, et l'Allemagne à 3,4%.

A la sixième place, on trouve la Russie (3,3%) puis le Brésil (2,8%). Le Royaume-Uni (2,4%) devance enfin la France (2,3%). Pour conclure ce Top 10 des puissances économiques mondiales, le Mexique, qui représente 2% du PIB mondial, se classe 10e. Le FMI a par ailleurs une vision bien négative des perspectives dans l'Hexagone. Tandis que le ministère des Finances français prévoit une croissance du PIB de 1,5% en 2016, l'institution table, elle, sur une hausse de 1,1% seulement.

Parce que le FMI utilise un autre indicateur que le PIB national

Ce classement n'est pas réalisé sur la base du PIB national mais sur celle des "PIB corrigés des parités de pouvoir d'achat (PPA)", explique Le Figaro. Cet indicateur est moins utilisé mais prend en compte le coût de la vie de chaque pays pour en calculer la richesse, explique Libération. Par exemple, avec un dollar, on ne peut pas acheter autant de choses en France qu'en Russie.

Une fois que le pouvoir d'achat est pris en compte, le PIB d'un pays où la vie est chère diminue, tandis que celui où la vie est plus abordable est augmenté. La France se positionne ainsi à la 10e place, derrière la Chine, les Etats-Unis, le Japon ou encore l'Allemagne. Le Figaro titre sur la 9e place de la France, car l'article se base un rapport publié début avril, où "seuls les principaux pays de chaque continent sont pris en compte", excluant notamment l'Indonésie, détaille Libération.

Si seul le PIB national calculé en fonction des taux de change des monnaie était favorisé, la France se placerait à la sixième place.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Croissance

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.