"Effet JO", pouvoir d'achat en hausse et inflation en baisse : la croissance sera meilleure que prévue par le gouvernement en 2024, selon l'Insee

La France devrait bénéficier d'une croissance d'1,1% cette année, grâce à un petit "effet JO" et une hausse de la consommation des ménages, selon une note de conjoncture de l'Insee.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le logo de l'Insee, au siège de l'institut, le 21 novembre 2022. (PAUL SERTILLANGES / FRANCE BLEU LOIRE OCEAN, FRANCE )

Les chiffres ne vont pas passer inaperçus, en pleines tractations politiques après le second tour des législatives. L'Insee anticipe une croissance d'1,1% en France en 2024, soit davantage que la prévision de la Banque de France ou même du gouvernement, dans une note de conjoncture publiée mardi 9 juillet. Autre indicateur important : l'inflation poursuivrait son reflux ces prochains mois et passerait sous la barre symbolique des 2% au dernier trimestre. Ces bonnes nouvelles pourraient signifier une hausse du pouvoir d'achat des ménages, selon l'Insee, alors que cette thématique a dominé la campagne des législatives. L'institut aurait dû publier ses prévisions le 18 juin, mais avait dû les décaler pour ne pas interférer pendant la campagne.

Pouvoir d'achat en hausse et inflation en baisse 

Le revenu brut des ménages, qui sert à mesurer leur pouvoir d'achat, devrait progresser d'1,4% en moyenne par rapport à l'an passé, du fait notamment de hausses de salaires ou de prestations supérieures à l'inflation. L'inflation devrait être en reflux, attendue sous les 2% au dernier trimestre, encore un peu tirée par les prix de l'énergie mais plus par ceux des produits alimentaires, quasiment stables en fin d'année. Conséquence assez directe : la consommation des ménages devrait rebondir et progresser d'1,3% sur l'ensemble de l'année avec un pic particulièrement lors des JO.

Un "effet JO" au troisième trimestre

L'économie française connaîtrait un "effet JO", un effet ponctuel au troisième trimestre, mais relativement modeste selon l'Insee : de l'ordre de 0,1 point sur une prévision de croissance d'1,1% pour l'ensemble de l'année 2024. La croissance serait davantage alimentée par la consommation des ménages.

L'Insee se montre en tout cas optimiste puisque l'OCDE, la Banque de France et même le gouvernement affichent des prévisions de croissance inférieures à la sienne. C'est 1% par exemple pour le gouvernement. Tous ces chiffres de l'Insee, que ce soit sur la croissance, l'inflation ou le pouvoir d'achat, réjouissent le ministre de l'Économie Bruno Le Maire qui juge que la politique de l'offre qu'il défend et qu'il mène à Bercy est la meilleure politique possible.

Vers une légère hausse du taux de chômage

À noter en revanche, un certain paradoxe : le nombre de créations d'emplois, 185 000 cette année, ne devrait pas suffire à compenser la hausse de la population active, liée notamment aux premiers effets de la réforme des retraites de l'an passé et à l'allongement progressif de l'âge de départ. D'où une légère hausse du taux de chômage de 0,1 point entre le début et la fin de l'année, selon l'Insee. Il passerait donc de 7,5 à 7,6% de la population active.

Et puis il y a aussi une grande inconnue, admet l'Insee, toutes ces prévisions ont été faites avant l'annonce de la dissolution de l'Assemblée. Elles ne prennent pas en compte d'éventuelles conséquences négatives, notamment en termes d'investissements des entreprises, liées à l'incertitude politique actuelle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.