Économie : la France investit de nouveau à l'étranger

Derrière les ventes de certaines entreprises, la France investit à nouveau dans des entreprises étrangères. Cette année, elle a même retrouvé son niveau d'avant la crise de 2008.

France 3

Des lunettes Ray Ban, une voiture Opel, des bijoux Bulgari : quel est leur point commun ? Toutes ces marques sont aujourd'hui françaises. PSA s'est emparé de l'Allemand Opel. En Italie, LVMH a acheté Bulgari et Essilor, Luxotica. Cette dernière fusion donne naissance à un géant mondial de la lunette. Principaux secteurs qui aiguisent l'appétit des Français : le luxe, l'énergie, l'eau et l'agroalimentaire.

Au même niveau qu'avant la crise

La France est sur la troisième marche du podium pour les acquisitions, derrière les États-Unis et la Chine. "Les entreprises que nous achetons sont en général des entreprises performantes et on vend notre dette publique ou des entreprises en difficulté", note Jean-Marc Daniel, économiste à l'Institut de l'entreprise. Alstom, Alcatel, Lafarge, STX... Toutes sont passées sous pavillon étranger. Pourtant, les Français investissent deux fois plus hors de leurs frontières que les étrangers n'investissent en France. Globalement, les investissements français à l'étranger ont retrouvé leur niveau d'avant la crise de 2008.

Le JT
Les autres sujets du JT
Bernard Arnault, le PDG du groupe de luxe LVMH, pendant un discours inaugural à Chartres (Eure-et-Loire) le 6 févier 2015.
Bernard Arnault, le PDG du groupe de luxe LVMH, pendant un discours inaugural à Chartres (Eure-et-Loire) le 6 févier 2015. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)